Nous avons 97 visiteurs en ligne

Mod News

 

   

Communiqué de presse

Renforcer les contrôles, le meilleur moyen de lutter contre la fraude

Les voyageurs s’opposent au tarif à bord SNCB

A partir du 1er février les usagers qui souhaitent acheter un titre de transport à bord des trains devront s’acquitter d’une surtaxe de 7 €. Cette information est publiée ce jour par le « Nieuwsblad ». Les associations d’usagers Navetteurs.be et TreinTramBus sont opposés à cette mesure qui va pénaliser les voyageurs honnêtes. Le renforcement des contrôles représente le meilleur moyen de lutter contre la fraude.

Celui qui décide d’acheter un ticket auprès de l’accompagnateur devra désormais payer plus cher. La SNCB prévoit d’appliquer dès le 1er février un « tarif à bord ». S’il n’y a pas de guichets à la gare de départ, il est actuellement possible d’acheter un ticket auprès de l’accompagnateur sans payer de supplément. A l’avenir cela coûtera 7 € de plus. La SNCB justifie cette taxe par le fait que des automates sont ou seront installés dans une majorité de gares et points d’arrêt.

Pour les associations de voyageurs: « Ces automates ne sont cependant pas toujours faciles à utiliser. Ils sont souvent installés uniquement sur un seul quai, ce qui peut entraîner un long déplacement entre le quai de départ et l’automate, aller-retour. De plus, dès qu’il y a des personnes devant vous à l’automate, le temps d’attente peut vite atteindre plusieurs minutes. Ceux-ci peuvent parfois être hors-service ou refuser le paiement. Dans ces cas-là, le voyageur devra s’acquitter de la surtaxe de 7 €. Précisons également que tous les tarifs ne sont pas disponibles via les automates. » Les associations de voyageurs estiment dès lors que les honnêtes voyageurs seront pénalisés par la mesure.

Navetteurs.be et TreinTramBus veulent-ils dès lors défendre les resquilleurs ?

« Au contraire, nous demandons à la SNCB d’intensifier les contrôles. Les utilisateurs réguliers se plaignent du manque de contrôle à bord des trains. Même sur de longues distances, ils ne voient pas souvent l’accompagnateur. En moyenne les voyageurs ne sont pas contrôlés dans 2/3 de leurs trajets. Nous estimons que cela doit changer : des contrôles réguliers restent le meilleur moyen de traquer les resquilleurs. »

« La lutte contre la fraude est essentielle, mais elle ne doit pas se faire au détriment des voyageurs de bonne foi et qui veulent acheter leur billet », concluent les associations de voyageurs.


Les resquilleurs paieront moins (Le Vif - 19/11/2014)

La SNCB a décidé de ramener à un montant unique de 7 euros les différents suppléments applicables aux voyageurs qui achètent un ticket à bord du train, indique-t-elle mercredi dans un communiqué. Cette nouvelle tarification prendra effet le 1er février 2015 et vise à réduire "les discussions qui donnent régulièrement lieu à une agression à l'encontre de l'accompagnateur de train".

Les voyageurs qui embarquent sans billet aux arrêts où des guichets ou des distributeurs automatiques sont disponibles doivent actuellement s'acquitter d'un supplément de 3 euros s'ils préviennent l'accompagnateur de train à l'avance. Le prix du supplément augmente à 12,5 euros si le voyageur ne l'avertit pas. "Ce système actuel, qui est complexe pour les voyageurs, fait régulièrement l'objet de discussions et conduit, dans certains cas, à des agressions envers le personnel d'accompagnement des trains", indique cependant la SNCB.

Le nouveau système prévoit donc un supplément d'une valeur unique de 7 euros. Ce supplément ne s'appliquera cependant pas aux gares ne disposant pas de distributeurs automatiques en ordre de marche. La SNCB installe actuellement 740 distributeurs automatiques de billets dans ses gares et points d'arrêt. "En combinaison avec les guichets, la vente via internet et l'app SNCB, les voyageurs disposent d'une plus large gamme de possibilités leur permettant d'acheter un titre de transport avant de monter dans le train", ajoute la société des chemins de fer.
   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE / TreinTramBus / LeVif - 19/11/14

   

Mod News

 

   

Communiqué de presse

Dans un courriel envoyé ce jour à la Ministre Jacqueline Galant, l’association de voyageurs Navetteurs.be réagit aux informations parues dans la presse et selon lesquelles Infrabel aurait fait part de son intention de fermer certaines lignes « rurales » en Wallonie mais également sur l’intention de la Ministre de remplacer les trains « non-rentables » par des bus.

Navetteurs.be ne peut cacher son inquiétude face à de telles décisions potentielles dans lesquelles elle voit une volonté délibérée de nouvelles suppressions de trains, voire même de certains points d’arrêt peu fréquentés.

L’association estime qu’il est grand temps que le monde politique prenne conscience des enjeux de la mobilité pour tous les citoyens, qu’ils habitent dans des zones urbaines ou rurales.

L’association insiste également sur l’urgence de revoir le mécanisme de facturation des sillons, élément-clé qui met un frein à tout développement de l’offre par l’opérateur SNCB et qui a un impact encore plus important sur les lignes « locales » du fait de l’application d’une redevance fixe pour chaque arrêt des trains et ce, en complément de la facturation des sillons.

L’association reste également dubitative quant à la mise en place d’une desserte alternative en bus pour les trains qualifiés de « non-rentables » étant donné que « De Lijn » aurait déjà émis une fin de non-recevoir tout comme pourrait le faire le « TEC ».

   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE - 08/11/14

   

Mod News

 

   

© Belga

Selon les premières constatations de l'expert requis pas le parquet, des feuilles mortes présentes sur les rails seraient à l'origine de la collision survenue entre deux trains, lundi à Uccle, à la limite de Linkebeek, a indiqué mardi le parquet de Bruxelles. Les voies seront libérées dès que le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, Infrabel, aura effectué les travaux de nettoyage nécessaires.

L'accident s'est produit lundi vers 13h40 entre un train de chantier et un train de voyageurs transportant 41 passagers sur la ligne Bruxelles-Nivelles, à la limite entre les communes de Linkebeek et d'Uccle. La locomotive du train de travaux a percuté l'arrière du train de passagers à une vitesse réduite. Les deux convois circulaient dans la même direction, vers Bruxelles.

La collision a fait 16 blessés légers

Selon le parquet de Bruxelles, les conducteurs des deux véhicules ont freiné mais n'ont pas pu s'arrêter à cause de la présence de feuilles mortes sur les voies, qui ont rendues ces dernières glissantes.

Nouveaux retards à prévoir

La voie sur laquelle s'est produite l'accident a été à nouveau fermée. "Depuis 9h30 environ, une voie a à nouveau été mise hors service et la circulation entre Bruxelles-Midi et Rhode-Saint-Genèse ne se fait plus que sur l'autre voie", a indiqué un porte-parole d'Infrabel. Le gestionnaire du réseau précise que des retards d'une dizaine de minutes sont à prévoir.

La voie sera à nouveau libérée dès qu'elle aura été déblayée. "Un train de nettoyage doit encore passer sur la voie qui devrait être rouverte en début d'après-midi", a ajouté le porte-parole.
   

Source: 7sur7.be - SNCB - 04/11/14

   

Mod News

 

   

© photo news
La SNCB n'augmentera pas ses tarifs au mois de février prochain, selon une décision validée par le conseil d'administration de l'entreprise publique que relaient mardi les journaux du groupe Sudpresse.

Selon son actuel contrat de gestion, toute hausse des tarifs est liée notamment à l'indice santé, aux coûts de fonctionnement et à la ponctualité. Cette année, les conditions ne sont pas vraiment remplies pour augmenter les prix de manière générale. En août, la ponctualité n'atteignait ainsi que 93% pour l'ensemble des trains. Mais elle n'était que de 86,1% pour l'heure de pointe du soir.

Il a donc été décidé de ne procéder à aucune adaptation.

La SNCB négocie son prochain contrat de gestion. Dans ce cadre, elle a demandé au pouvoir de tutelle de disposer d'une marge de manoeuvre plus grande en ce qui concerne sa politique de prix. Le patron des chemins de fer, Jo Cornu, n'exclut d'ailleurs pas de moduler les tarifs selon l'heure de la journée, écrit Sudpresse.

Résultat négatif

En outre, la SNCB a enregistré un résultat brut négatif de 4,3 millions à la fin juin 2014 pour un chiffre d'affaires de 633,6 millions. Sa dette s'élève à 2,41 milliards, soit 23 millions de plus que prévu au budget, selon des documents présentés fin octobre que relaie mardi L'Echo.

La nouvelle SNCB, en activité depuis le 1er janvier 2014, semble ainsi être installée sur la voie du redressement. En juin 2013, son excédent brut d'exploitation était également en négatif, mais à hauteur de 12 millions. Ses dirigeants avaient budgété un résultat négatif bien plus important pour la période de janvier à juin 2014.

Cette performance s'explique notamment par une réduction des charges, dans la mesure où l'effectif inscrit au budget était de 20.458 travailleurs équivalents temps-plein à fin juin 2014 mais est en définitive de 20.238 cheminots. Les coûts du personnel s'élèvent à 614 millions d'euros au premier semestre de cette année.

   

Source: 7sur7.be - 04/11/14

   

Mod News

 

   


 

Source: SNCB - 03/11/14

   

Mod News

 

   

© Belga

Update Linkebeek

Plusieurs personnes ont été légèrement blessées dans la collision
Le trafic a repris sur une voie entre Braîne-L’alleud

À 13h35, une collision s'est produite à proximité de la gare Linkebeek entre un train de travaux et un train de voyageurs. Le trafic ferroviaire a repris sur une voie depuis 16.10 entre Bruxelles-Midi et Charleroi. Mais les liaisons Bruxelles-Charleroi et Bruxelles-Anvers pourraient connaître des erturbations

Un accident s'est produit sur la ligne ferroviaire Bruxelles-Nivelles lorsqu'un train de travaux (Monceau-Schaerbeek) a percuté à basse vitesse l'arrière un train de voyageurs (qui transportait 41 personnes) qui circulait entre Braine-L'alleud à Alost. Selon les services de secours, il y aurait plusieurs personnes présentant de légères blessures, ainsi que le conducteur du train de travaux qui a lui aussi légèrement été blessé. Toutes ces personnes ont été transférées dans des centres hospitaliers pour analyses approfondies.

Le trafic ferroviaire a été interrompu entre Bruxelles et Braine-L’alleud jusqu’à 16.10, heure à laquelle le trafic a pu reprendre sur une voie. Les trains ne peuvent cependant pas encore s’arrêter en gare de Linkebeek.
Pendant l’heure de pointe vespérale : certains trains P ne pourront pas rouler entre Bruxelles et Charleroi, et il faut aussi s’attendre à des retards et/ou des suppressions.
Le trafic a repris normalement entre Braine-L’alleud et Charleroi. Les voyageurs peuvent emprunter les bus du Tec entre Bruxelles-Midi et Braine-l'Alleud. Entre Bruxelles et Linkebeek, ils peuvent faire appel aux services de la STIB.

Détail :

-liaison qui circulent :IC N Charleroi-Sud-Essen et IR B Nivelles-Anvers-Central
-liaisons au départ d’Anvers et limitées à Bruxelles-Midi :ICI Anvers-central-Charleroi-Sud et L Anvers-Central-Nivelles
-liaisons au départ d’Aalst et limitées à Bruxelles Luxembourg : Aalst-Braine-L’alleud. Pour se rendre de Bruxelles-Luxembourg à Braine-L’alleud, il vaut mieux utiliser la jonction Nord-Midi

L’enquête afin de déterminer les circonstances de cet accident est en cours, la SNCB et Infrabel y collaborent pleinement.

Infrabel et la SNCB apportent tout leur soutien aux personnes qui ont été blessées dans cet accident, ainsi qu’à leurs proches.

Source : Infrabel - SNCB
----------

Seize personnes ont été légèrement blessées lors d'un accident impliquant un train de voyageurs et un train de chantier qui s'est produit lundi en début d'après-midi entre les gares de Linkebeek et Braine-l'Alleud, à proximité de Linkebeek (Brabant flamand), a indiqué Infrabel. Les locomotives ne circulaient qu'à faible allure, ce qui a évité une catastrophe de grande ampleur.

L'accident s'est produit vers 13h30. Un train de chantier d'Infrabel serait entré en collision avec un train de voyageurs.

Aucun blessé n'est à déplorer dans le train de travaux. Des blessés légers ont par contre été recensés dans le train de voyageurs, qui reliait Braine-l'Alleud à Alost. "L'accident a fait 16 blessés légers, a indiqué le bourgmestre de Linkebeek, Damien Thiéry. Vu la rapidité d'intervention et l'efficacité des secours, il a été décidé de ne pas enclencher le plan catastrophe", a-t-il précisé.

Pas de plan catastrophe

Les 16 blessés ont été conduits vers trois hôpitaux (Erasme, l'hôpital de Hal et l'hôpital Sainte-Elisabeth d'Uccle). Les autres passagers du train qui reliait Braine-l'Alleud à Alost ont été conduits à la gare du Midi via des bus de la Stib.

La police et l'inspecteur médical arrivés sur place après le sinistre ont estimé qu'il n'était pas nécessaire d'enclencher le plan catastrophe. "Les choses se présentent bien, les secours sont arrivés très rapidement sur place", explique M. Thiéry.

La circulation des trains est interrompue entre Bruxelles-Midi et Braine-l'Alleud et entre Linkebeek et Braine-l'Alleud. Un service de bus sera mis en place.

Le gestionnaire de réseau ne peut pas donner plus d'informations quant à l'accident pour le moment mais le bourgmestre a précisé que la locomotive du train de travaux a percuté l'arrière du train de passagers à une vitesse réduite. "Le véhicule ne roulait pas à vive allure, ce qui explique que le bilan se limite à des blessés légers", concède en effet Infrabel.
   

Source: 7sur7.be / Infrabel - SNCB - 03/11/14

   

Mod News

 

   

Vers une grève SNCB tous les 3 jours en novembre ? La possibilité n'est pas exclue même si rien n'est décidé à ce stade



Source: SudPresse - 30/10/2014
   

Source: Sudpresse - 30/10/14

   

Mod News

 

   

Dans un communiqué diffusé ce vendredi, la SNCB informe de l'application de sanctions à l'encontre du personnel ayant pris part aux récents mouvements sauvages des 17, 20 et 21 octobre.

Communiqué

Récemment, les clients de la SNCB ont été victimes d'actions de grèves sauvages. Après avis de HR - Rail, le comité de direction a décidé d'appliquer les règles prévues dans le statut disciplinaire tel que négocié avec les syndicats.

Sur les seules journées des 17, 20 et 21 octobre, ces actions menées par moins de 200 cheminots ont causé :

- l’annulation, totale ou partielle, de 551 trains;
- 8.018 minutes de retard sur un total de 681 trains;
- ce qui a impacté un minimum de 160.000 voyageurs;
- et a privé la SNCB d’une recette, sans compter d'autres impacts financiers non encore chiffrés.

Par ailleurs, en 2013, la SNCB a signé avec les organisations reconnues un protocole d’accord social qui permet d’organiser, si des problèmes sont constatés, un dialogue en vue de chercher des solutions sans impacter le client.

Dans ce contexte, le recours à la grève doit rester une issue ultime encadrée par les structures hiérarchiques officielles des syndicats, et ce uniquement quand le dialogue social est rompu.

Nonobstant les structures permanentes de dialogue social qui existent au sein de la SNCB, et dont l’activité s’est intensifiée ces derniers mois, aucun préavis n’a été déposé pour les dates des 17, 20 et 21 octobre.

Par conséquent, ces grèves doivent être considérées comme des grèves sauvages. Il est inadmissible que quelques cheminots perturbent en toute impunité le service rendu à nos clients, dégradent irrémédiablement l’image de la société et méprisent la notion essentielle de service public qui fait partie des missions de base de la SNCB.

Par correction pour les clients qui ont, eux, été pénalisés, par équité pour les collaborateurs qui ont choisi de respecter les accords sociaux, les mesures de sanctions prévues en cas de grève sauvage doivent être appliquées.

Ceci doit être considéré comme une application de l’accord social face à un cas de grève sauvage sans caractère émotionnel.

Après avis de HR-Rail, le comité de direction de la SNCB a décidé, conformément aux dispositions prévues dans le statut disciplinaire applicable à la SNCB, d'appliquer la sanction suivante:

- réprimande sévère,
- retenue de 12,5 euros sur les primes.

Il est évident que les heures non prestées ne seront pas rémunérées.
   

Source: Communiqué SNCB - 24/10/14

   

Mod News

 

   

Grève nationale : le 15 décembre
Circulation des trains à l'arrêt le lundi 15 décembre avec de probables répercussions dès le dimanche 14 décembre en fin de soirée.

Préavis déposé par la CGSP pour une durée illimitée dès le 16 décembre
Aucune information disponible pour l'instant

Mise à jour le 12/12/2014

Ces informations pouvant évoluer, nous vous invitons à rester attentifs aux communiqués de NAVETTEURS.BE (en ligne et via la newsletter) ainsi qu'aux informations diffusées dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux.

Suivez-nous sur Twitter - Facebook - Inscription à notre newsletter (page d'accueil du site)
   

Source: Syndicats - Presse

   

Mod News

 

   

Communiqué de Presse

Pas de réponse à  l’invitation à négocier
TreinTramBus et Navetteurs.be contre les grèves sauvages

Pour le troisième jour ouvrable consécutif, le chemin de fer est touché par une grève sauvage.
Pour les associations de voyageurs TreinTramBus et Navetteurs.be, ça suffit !

A la suite d’une grève sauvage à Liège le trafic ferroviaire est perturbé ce matin. Une partie du personnel proteste ainsi contre les mesures d’économies annoncées, par lesquelles le chemin de fer devrait perdre 2,1 milliard d’euros. TreinTramBus et Navetteurs.be s’opposent aussi à ces plans du gouvernement. Gianni Tabbone et Jan Vanseveren: “Nous savons que les voyageurs seront  gravement touchés par ces mesures, sous forme de suppressions de trains, gares moins entretenues, tarifs nettement plus élevés. De plus le gouvernement a communiqué de façon très maladroite sur le plan : le montant à économiser a fait l’objet d’évaluations diverses et contradictoires. Nous comprenons dès lors l’agitation parmi le personnel ».

Navetteurs.be et TreinTramBus jugent plus utiles des actions en commun. « La semaine passée nous avons invité les syndicats pour négocier un point de vue commun, mais à ce jour, ils n’ont pas réagi à cette invitation », confirme Jan Vanseveren.

Jan Vanseveren et Gianni Tabbone. « Nous sommes déçus qu’on choisisse des actions sauvages plutôt que la concertation. Par ces actions sans préavis les voyageurs sont complètement surpris car ils n’ont pas eu l’occasion de chercher des alternatives. Nous espérons dès lors que les syndicats puissent persuader la base de mettre fin aux grèves sauvages. Ces grèves sauvages nuisent à la crédibilité du train en tant qu’alternative à la voiture et, de cette manière, renforcent la vision du gouvernement, qui ne voit que les coûts des services publics ».
   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE / TreinTramBus - 21/10/14

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online