Nous avons 81 visiteurs en ligne

Mod News

 

   

Des conducteurs de train ont refusé de prendre le service mardi à l'aube en gare de Liège-Guillemins. Plusieurs trains ont déjà été supprimés, a indiqué une porte-parole de la SNCB, vers 05H00.

D'importantes perturbations sont donc à craindre. La SNCB invite les navetteurs à consulter son site internet et ses applications mobiles, où ils pourront trouver des informations sur les trains annulés et les lignes touchées.

Ce mouvement de grogne intervient au lendemain de la grève menée par les conducteurs de train à Charleroi-Sud. Ils avaient débrayé vers 03H15 pour protester notamment contre le manque de clarté de l'accord de gouvernement et le "cafouillage" sur les budgets dont disposera la SNCB dans les prochaines années.
   

Source: 7sur7.be - 21/10/14

   

Mod News

 

   

Encore une grève sauvage sur le rail: découvrez si votre train roule

Un tiers des trains transitant par Charleroi étaient touchés lundi, vers 6H00, par la grève sauvage entamée aux alentours de 3h15 par une partie des conducteurs de trains à la gare de Charleroi-Sud, a précisé Thierry Ney, porte-parole de la SNCB.

La SNCB estime qu'environ deux tiers des conducteurs n'ont pas pris leur service "mais la situation évolue constamment au fur et à mesure des prises de service". Actuellement, les lignes touchées par la grève sont la 130 (Charleroi-Namur), la 140 (Charleroi-Ottignies), la 124 (Charleroi-Bruxelles), les 112 et 118 (Charleroi-Mons), 130A (Charleroi-Erquelinnes), et la 132 (Charleroi-Mariembourg). Globalement, toutes les lignes passant par Namur pourraient être impactées par cette grève, précisait Thierry Ney un peu avant l'annonce des lignes touchées. D'importantes perturbations sont donc à craindre.

La SNCB, qui "condamne fortement cette grève sauvage", invite les navetteurs à consulter son site internet et ses applications mobiles, où ils pourront trouver des informations sur les trains annulés et les lignes touchées par ce mouvement.
   

Source: RTLinfo.be - 20/10/14

   

Mod News

 

   

Communiqué de presse

Depuis des années, le SACT dénonce le manque de considération par la SNCB envers son personnel de conduite.

Les conducteurs de train demandent simplement à la Direction de la SNCB d’être considérés à leur juste valeur et de tenir compte des exigences énormes qui sont les leurs, tant au niveau professionnel qu’au niveau de la vie privée.

La SNCB exige que ses conducteurs soient constamment au Top, qu’elle se donne alors les moyens de ses exigences.

Depuis des mois, la Direction de la SNCB se bouche les oreilles pour ne pas entendre les doléances totalement justifiées de son personnel de conduite.

Le SACT a tenté d’ouvrir un dialogue constructif avec la Direction de la SNCB et d’instaurer un climat social qui permette d’envisager les nouveaux défis qui nous attendent dans le calme et la sérénité.

Malheureusement, la Direction de la SNCB s’obstine dans l’indifférence et l’inconsideration.

Face à cette situation le SACT va manifester son mécontentement par des actions musclées qui se dérouleront dans un cadre légal et seront annoncées bien à l’avance, afin que la clientèle ne soit pas prise en otage.

Aucune action sauvage ne sera décrétée par le SACT.

Pour le Conseil d’Administration du SACT,

Arthur MERCIER,
Président 

   

Source: SACT - 19/10/14

   

Mod News

 

   

Gérard SERVAIS (CGSP-Cheminots) nous a fait parvenir un avis où il fait part de ses craintes quant à l'avenir du rail en Province du Luxembourg.

Quel avenir pour le rail en Province de Luxembourg ?

Notre Etat, qui est encore Fédéral, limite régulièrement sa dotation et exige en échange, par le nouveau plan de transport, d’augmenter le nombre de voyageurs, de désengorger les grands centres urbains, somme toutes de réaliser du transport de masse (quelle horreur).

Pour atteindre ces objectifs la SNCB met en application sont nouveau plan de transport qui entre autre délaisse les zones rurales. Est-ce un hasard, mais le déséquilibre avec la Flandre est marquant.

De son coté, Infrabel, aussi afin de répondre aux exigences budgétaires, classe les lignes sous les fameuses catégories A, B, C, D et annonce qu’elle ne pourra plus entretenir les lignes C et D et qu’a terme la vitesse sera réduite et qu’elle devra ensuite les fermer pour des raisons de sécurité. La sonnette d’alarme est tirée et le Ministre des Communications en fonction nous rassure, l’orage passe.

Aujourd’hui, un ouragan arrive avec le nouveau gouvernement. Ses intentions sont de raboter à Infrabel et à SNCB 2,1 MIA à l’horizon 2019. Nous devons de nouveau craindre le pire pour les lignes de Gouvy-Luxembourg,  Marloie-Liège et l’axe Bertrix-Athus-Arlon.

Infrabel aura t elle encore les moyens de les entretenir ? Va-t-on vers une fermeture progressive ? Qu’en est-il des travaux d’entretien planifiés en 2016 sur ces lignes afin de maintenir la sécurité ?

Les lignes rurales, sont moins rentables, c’est une évidence et deviendront de moins en moins attractives du fait de la diminution de l’offre et du manque d’entretien, ce qui aura pour conséquence que le voyageur n’aura pas d’autre solution que de reprendre la route. Les problèmes de pollution et de mobilité des luxembourgeois pèsent bien peu à Bruxelles semble t-il.

Nous souhaitons aussi attirer l’attention sur les risques de perte d’emplois à terme, tant pour les personnels de la SNCB qu’à Infrabel suite à ce désengagement.

Notre belle Province est spécifique, nous devons obtenir des solutions spécifiques aux problèmes spécifiques de notre Province.

   

Source: Gérard SERVAIS (CGSP-Cheminots) - 18/10/14

   

Mod News

 

   

Communiqué de Presse

NAVETTEURS.BE regrette fermement cette nouvelle grève sauvage

L’association de voyageurs NAVETTEURS.BE regrette fermement le mouvement de grève sauvage qui se déroule ce vendredi en gare de La Louvière-Sud et qui prend au dépourvu plusieurs centaines d’usagers.

Si l’on peut comprendre le climat social tendu pour l’instant, il est inadmissible qu’une poignée de personnes puisse prendre en otage des étudiants, des travailleurs ou simplement des usagers alors qu’ils sont censés assurer une mission de service public. Et cela alors qu’un calendrier d’actions a été officialisé hier par les syndicats.

Outre le mouvement de grève qui ne fait l’objet d’aucun préavis, l’association dénonce une fois de plus l’occupation illégale des voies qui empêche le personnel non-gréviste de pouvoir assurer ses prestations.

L’association rappelle qu’elle a récemment émis un avis où elle rappelle qu’elle reste opposée à toute forme de service minimum imposé mais souligne également qu’elle demande que des sanctions soient appliquées en cas de grève sauvage.

Malheureusement ce genre d’action ne fait qu’hypothéquer un peu plus le soutien potentiel des usagers face à la situation des cheminots et du Groupe SNCB.

NAVETTEURS.BE invite désormais syndicats, direction du Groupe SNCB et pouvoir politique à prendre leurs responsabilités face à ces récents évènements.
   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE - 17/10/14

   

Mod News

 

   

Réunie en bureau exécutif jeudi, la CGSP Cheminots a décidé de mener une série d'actions dans le courant des mois de novembre et décembre, a indiqué son président, Michel Adbissi.

"Il a été décidé que nous participerons à l'ensemble des actions prévues par le front commun syndical dans les prochains mois. Cela inclut la manifestation nationale du 6 novembre, les grèves tournantes par province, et, bien entendu, la grève nationale du 15 décembre", a déclaré M. Adbissi, contacté par l'agence Belga. "Aucun train ne roulera ce jour-là".
 
La CGSP Cheminots entend dénoncer la volonté du gouvernement d'imposer à la SNCB et Infrabel 2,1 milliards d'euros d'économies en cinq ans. "Cela représente près de 15% du budget total", selon la CGSP. "Nous avons fait le calcul. Une telle réduction de la dotation peut se traduire par une perte d'emploi pour 6.500 cheminots et le non-entretien de petites lignes", a estimé M. Adbissi. "Nous comptons alerter les associations de navetteurs sur ce dernier point."

Par ailleurs, la CGSP a annoncé le dépôt d'un préavis de grève supplémentaire entre le 7 et le 23 novembre, le jour précis restant à définir en front commun. (Belga)
   

Source: Belga - 16/10/14

   

Mod News

 

   

© Photo La Libre

Quel contraste. Entre janvier et juillet 2014, le taux de ponctualité des trains tourne autour des 90 %, selon les chiffres d’Infrabel, gestionnaire du réseau ferroviaire. Les données varient entre 87,5 % en juin et 91,6 % en juillet. En revanche, selon Belate.be, un site qui effectue un monitoring permanent de la ponctualité sur le rail, "seulement 75,4 % de ces trains furent à l’heure" entre janvier et août 2014. Un sur quatre était donc en retard…

Dans le détail, "la SNCB a mis en route 788 619 trains et desservi [8 millions de] gares", écrit Belate. Et 24,6 % avaient au moins cinq minutes de retard, note-t-il - 3,5 % plus de 15 minutes et 2,1 % des trains "ne se sont pas arrêtés à toutes les gares prévues". En outre, ajoute le site, "on constate que, à part les trains L (NdlR, les omnibus), c’est 1 train sur 3 qui présente un retard sur son trajet". Le taux de retard des trains IC (directs) est ainsi de 33,2 % depuis le début de l’année.

Mais comment expliquer une telle différence de statistiques entre 
Belate et Infrabel. L’entreprise publique ne conteste pas les chiffres du site Internet. "Si on appliquait la même méthodologie qu’eux, on aurait sans doute les mêmes résultats. Mais nous appliquons le mode de calcul repris dans notre contrat de gestion", justifie Arnaud Reymann, le porte-parole de l’entreprise publique.

La différence la plus significative est que 
Belate considère qu’un train a du retard dès qu’il arrive cinq minutes (ou plus) après son heure prévue. Pour Infrabel, c’est six minutes. En outre, indique le gestionnaire du réseau, "nous effectuons les mesures aux points d’entrée et de sortie", c’est-à-dire entre la gare de départ et la gare terminus, "ainsi qu’à l’entrée et à la sortie de Bruxelles" pour les trains circulant sur la jonction Nord-Midi. Belate effectue, lui, la mesure à chaque gare. Les points de contrôle sont donc nettement plus nombreux.

Bref, "on ne peut pas comparer nos données avec celles de 
Belate", estime Infrabel. "Nous avons bien dû déterminer des critères de calcul. Ce sont ceux-là qui sont repris dans le contrat de gestion conclu entre l’entreprise et l’Etat belge. D’ailleurs, Belate ne conteste pas nos chiffres - son représentant travaille avec nous dans le cadre des tables rondes que nous tenons sur la ponctualité. Mais reconnaissons que les chiffres du site collent peut-être mieux à la perception des voyageurs."

La ponctualité s’améliore

Ceci dit, constate encore le porte-parole d’Infrabel, "la tendance en matière de ponctualité va à l’amélioration". Grâce à quoi ? "On pourrait expliquer cela par la diminution du temps d’intervention lors de problèmes techniques ou par la baisse des vols de câbles, mais il est assez difficile d’isoler certains facteurs. Ce qui est sûr, c’est que l’hiver clément n’explique pas tout et que la SNCB et Infrabel ont résolument décidé de mettre le focus sur la ponctualité." Par exemple, par une plus grande rigueur sur le respect de l’heure de départ du tain de sa toute première gare ou par un travail en commun, entre les deux entreprises publiques, sur la gestion du trafic.


   

Source: LaLibre - 18/09/14

   

Mod News

 

   

Communiqué de Presse

L’association de voyageurs NAVETTEURS.BE dénonce fermement l’information parue dans le quotidien « Le Soir » et relayée par la RTBF selon laquelle le Groupe SNCB pourrait perdre 14% de sa dotation.

Elle craint que le transporteur ne doive une fois de plus réduire son offre comme ce fut le cas fin 2011 avec la suppression de 193 trains « non-rentables » et comme ce sera encore le cas avec le « plan de transport 2014 » qui sera appliqué dans 2 mois et qui verra la suppression de certains trains, principalement des « premiers » et « derniers » trains desservant des lignes « locales ».

A l’heure où les files ne cessent d’augmenter sur les routes et où le train – comme les autres moyens de transport public – ont un rôle essentiel à jouer, l’association s’interroge sur les décisions prises et sur la réelle volonté de maintenir un service public de qualité, pourtant régulièrement repris dans les programmes électoraux.

L’association demande dès lors que des éclaircissements sur le futur du rail soient apportés dans les plus brefs délais.

   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE - 14/10/14

   

Mod News

 

   

Illustration News

Deux trains roulaient sur la même voie et ont dû actionner leur freinage d’urgence.

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête sur l’incident de vendredi soir, dans lequel deux trains de voyageurs vendredi soir sont passés tout près de la collision à hauteur de la gare de Schaerbeek, a annoncé le porte-parole du bureau du procureur.

Les deux trains étaient sur la même voie, mais ont pu freiner à temps. Selon le parquet de Bruxelles, l’incident est dû, à première vue, à un changement qui n’a pas fonctionné.


Passagers bloqués: «Nous allons évaluer la procédure d’évacuation», dit la SNCB

La SNCB évaluera l’évacuation des passagers du train bloqué vendredi soir à Bruxelles, selon un porte-parole de la société de transport. Environ 150 voyageurs ont été bloqués au moins trois heures dans deux trains entre les gares de Schaerbeek et Vilvorde.

Deux trains roulaient sur la même voie et ont dû s’arrêter vers 20.45 vendredi soir. «  Les systèmes de sécurité ont fonctionné. Les passagers n’ont jamais été en danger  », précise le porte-parole.


Plus d’une centaine de voyageurs bloqués dans un train entre Schaerbeek et Vilvorde

Quelque 150 voyageurs sont restés bloqués trois heures dans un train entre Schaerbeek et Vilvorde vendredi soir, indique le gestionnaire du rail Infrabel.

Le train, qui assurait la liaison entre Bruxelles-Midi et Anvers-Central, s’est immobilisé vers 20H45 entre Schaerbeek et Vilvorde, la voie étant bloquée par un autre train.

Les quelque 150 voyageurs ont été évacués vers minuit, a précisé un porte-parole d’Infrabel. Ils ont ensuite été ramenés vers deux gares bruxelloises à partir desquelles ils ont pu continuer leur voyage.

La circulation des trains a été déviée à hauteur de Schaerbeek et de légers retards ont été enregistrés.
   

Source: LeSoir.be - 11/10/14

   

Mod News

 

   

Une partie de la solution au problème global de mobilité

Afin de continuer l’assainissement financier de la SNCB et d’Infrabel, le gouvernement développe une vision à long terme de l’évolution budgétaire de la SNCB et d’Infrabel, qui va au-delà de la durée normale des contrats de gestion. Ces derniers incorporeront une stratégie de résorption de la dette. Cela fournira un cadre juridique sûr pour l’exploitation et les investissements et contribuera à l’assainissement des finances publiques.

Le gouvernement fera en sorte que la SNCB et Infrabel soient en mesure de répondre à la demande croissante en leur accordant les moyens d’exploitation et d’investissement qu’il peut raisonnablement mettre à leur disposition et conformément au budget pluriannuel.

Le gouvernement établira cette enveloppe pluriannuelle aussi rapidement que possible, parallèlement à la négociation des nouveaux contrats de gestion, et maintiendra celle-ci pendant la période prévue en vue de garantir une gestion financière stable de ces projets.

D’autre part, le gouvernement attend des entreprises qu’elles gèrent correctement les moyens mis à leur disposition, en fonction de leurs tâches essentielles.

Sur cette base, les deux sociétés adapteront leurs priorités d’investissement et soumettront un business plan ajusté, qui visera entre autres à stabiliser la dette, et ensuite à la réduire progressivement.

L’amélioration de la ponctualité est une priorité. Dans ce cadre, le gouvernement évaluera les mécanismes existants liant les incitants financiers à cet objectif.

Les nombreuses activités, réalisées au travers des filiales et participations de la SNCB et d’Infrabel seront rigoureusement analysées en fonction des tâches essentielles des entreprises et supprimés progressivement où cela s’avère utile.


Exploitation: Amélioration pour le client

Le gouvernement entend créer le cadre nécessaire, par le biais des nouveaux contrats de gestion, dont la durée sera portée à six ans, à l’amélioration de l’offre, du service et de la qualité des prestations de la SNCB et d’Infrabel, en vue de répondre aux attentes de leurs clients, c’est-à-dire les usagers et les entreprises. Cela suppose également accorder une attention particulière aux besoins de certaines tranches d’âge, mais aussi aux besoins spécifiques des personnes à mobilité réduite, tant dans les gares que dans les trains. Le caractère obligatoire de la réalisation des contrats de gestion sera renforcé par la mise en place d’un instrument de suivi efficace, fondé sur des KPI, certes peu nombreux, mais pertinents.

La rémunération variable du haut management sera davantage liée à ces KPI, en ce compris la ponctualité du trafic ferroviaire.

L’orientation client, le rapport qualité-prix et l’orientation vers la demande sous-tendront la révision du plan de transport 2017. La mise en exploitation du RER sera accélérée et intégrée dans le plan de transport de la SNCB.

La mise en place d’un Réseau Express Régional (RER) sera étudiée pour les agglomérations d’Anvers, de Charleroi, de Gand, et de Liège.

La concentration des moyens publics sur le service intérieur augmentera la rentabilité de la SNCB.

Un nouveau plan de transport intégré à long terme entrera en application en 2017.

L’amélioration de la qualité du service de la SNCB sera concrétisée, non seulement au travers d’une amélioration de la ponctualité, mais surtout par une meilleure communication avec sa clientèle et des informations plus précises aux voyageurs. L’amélioration du service passera également par la mise en œuvre d’une politique commerciale qui tienne davantage compte des besoins des usagers tant actuels que potentiels. Une plus grande liberté tarifaire sera introduite dans le cadre de la responsabilisation financière de la SNCB et d’une meilleure utilisation de la capacité.

La politique de gratuité sera évaluée

Le gouvernement souhaite offrir davantage de flexibilité opérationnelle à la SNCB et promouvoir l’utilisation de l’infrastructure ferroviaire par la SNCB et les autres opérateurs ferroviaires. À cet effet, la redevance d’infrastructure sera diminuée et structurée différemment. L’adaptation des méthodes de financement actuelles ne peut toutefois préjudicier la viabilité financière d’Infrabel et de la SNCB et, ne donnera pas lieu à la consolidation de la dette d’Infrabel.


Offre de transports publics intégrée

La SNCB et Infrabel s’inscriront dans une offre de transports publics intégrée à laquelle elles participeront. L’approche sera fondée sur un «système de points nodaux» et sur la nécessaire collaboration de l’ensemble des sociétés de transport public afin de pouvoir développer une «mobilité en chaîne». Cette démarche s’inscrira dans le cadre d’un débat global sur la mobilité, mené au sein du CEMM, et des études demandées dans ce cadre.
Cette offre de transports publics intégrés tiendra compte des besoins spécifiques des régions à faible densité de population.

Les efforts pour obtenir un billet intégré seront poursuivis.

Dans cette optique, le gouvernement organisera, une concertation avec les Régions au niveau politique et entre la SNCB et les sociétés régionales de transport au niveau technique et commercial. La concertation et les structures aux différents niveaux seront ancrées dans un nouvel accord de coopération.

L’intégration du vélo dans le transport multimodal recevra une attention particulière. Le train et le vélo doivent se compléter advantage.


Sécurité

Le gouvernement continuera à veiller à la sécurité du rail belge, entre autres par le déploiement du système de freinage automatique (ETCS).

Une attention prioritaire sera accordée à la problématique de la sécurité des usagers et du personnel dans les gares et à leurs abords ainsi que dans les trains. Des mesures seront prises en vue de renforcer la sécurité au mieux.

   

Source: Presse - 09/10/14

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online