Nous avons 98 visiteurs en ligne

Mod News

 

   

Notre association a pu bénéficier en 2014 d'une subvention Wallonne afin de poursuivre son " Cadastre des Points d'Arrêt Non-Gardés (PANG's) en Wallonie " débuté en 2013 et dont les résultats ont été dévoilés au mois de janvier 2014.

Vous pouvez consulter les détails de cette étude sur notre portail www.wallogares.be


Programme pour 2014


1. Suite de la Phase 1

Dans ses conclusions publiées en janvier 2014, l'ASBL NAVETTEURS.BE mettait en avant une liste de 19 PANG's qui devaient bénéficier d'une rénovation "complète" et "urgente" et que la presse avait surnommés " Les 19 pires PANG's de Wallonie ".

Après une première réunion avec les responsables SNCB, un planning avait été établi afin d'effectuer rapidement des travaux de nettoyage et de remise en peinture.

Une deuxième réunion début mai 2014 avait permis de constater que les engagements avaient pu être tenus et que les derniers travaux étaient en passe de se terminer.

Grâce à la nouvelle subvention accordée en 2014, l'association va pouvoir compléter la " phase 1 " avec au programme :
  • La revisite de tous les PANG's afin de mettre à jour les fiches descriptives précédemment rédigées et consultables sur le portail www.wallogares.be (prévu pour début 2015);
  • Un suivi des travaux effectués et la rédaction d'une nouvelle liste de recommandations concernant des travaux à effectuer.


2. Début de la Phase 2

Dans une deuxième phase débutée au printemps 2014, notre association étudiera :
  • l'accessibilité des PANG's à pied, en voiture, en bus ou en "deux roues" (motorisés ou non);
  • les facilités et/ou difficultés d'accès aux PANG's (plain-pied, rampes d'accès, escaliers, passerelles, ...);
  • les possibilités de stationnement et les distances par rapport aux PANG's;
  • les dessertes de bus à proximité des PANG's (liste des lignes, distances depuis les PANG's);
  • les accès aux "Ravel" (distances depuis les PANG's, types de routes);
  • la signalétique ("Bus", "Ravel", "SNCB") de/vers les PANG's;
  • les distances entre les PANG's et les gares "PMR" les plus proches.
Ces informations feront l'objet de fiches descriptives agrémentées de photos. Les éléments localisables feront également l'objet d'une représentation dans une carte intéractive à laquelle sera ajoutée la localisation des gares "PMR".

Notre association souhaite également consacrer un chapitre de son étude aux personnes à mobilité réduite. Etant donné la complexité de cet aspect, elle analysera :
  • le fonctionnement de quelques gares "PMR" (liste à déterminer) reprises dans des fiches détaillées et agrémentées de photos;
  • les modalités de réservation et de prise en charge des "PMR" souhaitant se déplacer en train.
Notre association souhaite une nouvelle fois associer ses membres ainsi que la communauté des usagers. C'est la raison pour laquelle elle met en place le formulaire accessible ci-dessous et permettant de communiquer des informations utiles qui pourront être analysées et, le cas échéant, être intégrées à l'étude.


   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE - 11/08/14

   

Mod News

 

   

Situations et conditions dans lesquelles pourrait être imposé un service minimum de fonctionnement (Droit de grève)

- Le maintien de services minima en cas de grève ne devrait être possible que:
 
1) dans les services dont l'interruption risquerait de mettre en danger la vie, la sécurité ou la santé de la personne dans une partie ou dans l'ensemble de la population (services essentiels au sens strict du terme) (voir 254e rapport, cas no 1403, paragr. 444, et 291e rapport, cas nos 1648 et 1650, paragr. 467); 2) dans les services qui ne sont pas essentiels au sens strict du terme mais où les grèves d'une certaine ampleur et durée pourraient provoquer une crise nationale aiguë menaçant les conditions normales d'existence de la population (voir Recueil 1985, paragr. 415, et 291e rapport, cas no 1692, paragr. 225); et 3) dans les services publics d'importance primordiale (voir 292e rapport, cas no 1679, paragr. 92 et 98, et 292e rapport, cas no 1731, paragr. 781).

- Il est légitime qu'un service minimum puisse être demandé en cas de grève dont l'étendue et la durée pourraient provoquer une situation de crise nationale aiguë mais, dans ce dernier cas, les organisations syndicales devraient pouvoir participer à sa définition tout comme les employeurs et les autorités publiques. (Voir 248e rapport, cas no 1356, paragr. 144, et 256e rapport, cas no 1430, paragr. 187.)

- Un service minimum peut être maintenu en cas de grève dont l'étendue et la durée pourraient provoquer une situation de crise nationale aiguë telle que les conditions normales d'existence de la population pourraient être en danger. Pour être acceptable, ce service minimum devrait se limiter aux opérations strictement nécessaires pour ne pas compromettre la vie ou les conditions normales d'existence de tout ou partie de la population, et les organisations de travailleurs devraient pouvoir participer à sa définition tout comme les employeurs et les autorités publiques. (Voir respectivement 234e rapport, cas no 1244, paragr. 153 et 154; 244e rapport, cas no 1342, paragr. 150; 279e rapport, cas no 1566, paragr. 87, et 297e rapport, cas no 1788, paragr. 360.)

- Le comité a signalé l'importance d'assurer que les dispositions relatives au service minimum à appliquer en cas de grève dans un service essentiel soient déterminées avec clarté, appliquées strictement et connues en temps utile par les intéressés.
(Voir 233e rapport, cas no 1203, paragr. 95.)

- Dans la détermination des services minima et du nombre de travailleurs qui en garantissent le maintien, il importe que participent non seulement les organisations d'employeurs et les pouvoirs publics, mais aussi les organisations de travailleurs concernées. En effet, outre que cela permettrait un échange de vues réfléchi sur ce que doivent être en situation réelle les services minima strictement nécessaires, cela contribuerait aussi à garantir que les services minima ne soient pas étendus au point de rendre la grève inopérante en raison de son peu d'impact et à éviter de donner aux organisations syndicales l'impression que l'échec de la grève tient à ce que le service minimum a été prévu d'une manière trop large et fixé unilatéralement.
(Voir, par exemple, 244e rapport, cas no 1342, paragr. 154, et 248e rapport, cas no 1374, paragr. 270; voir également 234e rapport, cas no 1244, paragr. 153 à 155, et 244e rapport, cas no 1342, paragr. 151, et 268e rapport, cas no 1466, paragr. 148.)

- En ce qui concerne l'allégation relative à l'exigence légale d'un service minimum lorsqu'il s'agit d'une grève qui touche des services publics essentiels et que c'est l'administration du travail qui réglera toute divergence quant à la composition de ce service minimum, le comité estime que la législation devrait prévoir le règlement de pareille divergence par un organe indépendant et non par le ministère du Travail ou le ministère ou l'entreprise publique concernés.
(Voir 291e rapport, cas nos 1648 et 1650, paragr. 467; 291e rapport, cas nos 1648 et 1650, paragr. 467, et 292e rapport, cas no 1679, paragr. 93.)

- Une opinion définitive fondée sur tous les éléments d'appréciation pour savoir si le niveau des services minima a été ou non le niveau indispensable ne peut être émise que par l'autorité judiciaire, étant donné que, pour la formuler, cela suppose en particulier une connaissance approfondie de la structure et du fonctionnement des entreprises et des établissements concernés, ainsi que des répercussions effectives des actions de grève.
(Voir 254e rapport, cas no 1403, paragr. 447, et 292e rapport, cas no 1679, paragr. 97.)


Extrait du site de l'O.I.T (Source: Parole de Cheminots)
   

Source: Parole de Cheminots - 09/08/14

   

Mod News

 

   

Les trains ne circuleront pas sur la ligne 132 Charleroi-Couvin entre Walcourt et Couvin du 11 au 30 août inclus, indique vendredi Infrabel dans un communiqué.

Infrabel procédera au renouvellement des traverses et des voies sur environ 10 km, ainsi qu’à la restauration de sept passages à niveau.

Le trafic des trains entre Charleroi-Sud et Walcourt est maintenu dans les gares de Jamioulx, Ham-sur-Heure, Cour-sur-Heure et Berzée. Dès Walcourt, la circulation sera totalement interrompue en direction de Couvin.

Des navettes de bus seront mises en place par la SNCB à Walcourt. Elles desserviront les gares d’Yves-Gomezée, Philippeville, Mariembourg et Couvin. Le temps de parcours sera ainsi prolongé d’environ 45 minutes entre Walcourt et Couvin, avertit Infrabel.

Le week-end des 16 et 17 août prochains, le trafic des trains sera également interrompu dès Charleroi-Sud. Des bus desserviront toutes les gares de Jamioulx à Couvin.

La ligne sera remise en service pour la rentrée scolaire, assure Infrabel.
   

Source: lavenir.net - 08/08/14

   

Mod News

 

   

© Photo RTBF
Les négociations se poursuivent en vue de former un gouvernement fédéral. Les formateurs s’attellent à la rédaction de leur note. Elle servira de base pour la mise en place d'un accord de gouvernement à partir du 18 août. Et certaines orientations de cette note émergent peu à peu.

Depuis quelques jours, on évoque une série de mesures dans l'entourage de la formation. Des mesures généralement considérées comme tabou à gauche et dont les quatre partis de la suédoise souhaiteraient désormais faire sauter les verrous. De la vente des participations de l'état fédéral dans les entreprises publiques, au prolongement des centrales nucléaires, en passant par le durcissement des conditions de libérations anticipées.

La liste est longue et toutes les propositions ne se retrouveront pas nécessairement telles quelles dans l'accord de gouvernement. Mais certaines semblent toutefois plus susceptibles de faire consensus entre les négociateurs.

C'est par exemple le cas des prestations d'intérêt public pour les chômeurs de longue durée. Une proposition mise en avant pendant la campagne par la N-VA et l'Open VLD et qui figurait déjà dans la note de Bart De Wever, note approuvée par les quatre partis de la suédoise.

Autre mesure citée par une source proche de la formation, le service minimum en cas de grève à la SNCB. Il figure en toutes lettres dans le programme du MR, de la N-VA, de l'Open VLD et le CD&V a déjà voté un texte en ce sens au Sénat. Reste aux partis à en négocier les modalités précises, ce qui ne sera pas simple, et à se préparer à affronter les syndicats si ces propositions sont maintenues.

Source RTBF.BE: "Les grandes orientations de la coalition suédoise se dessinent peu à peu"


NAVETTEURS.BE opposée au service minimum


L'association NAVETTEURS.BE rappelle quant à elle qu'elle est contre la mise en place d'un service minimum bien qu'elle soit opposée aux mouvements de grève sans préavis qui pénalisent les usagers.

Elle n'hésitera dès lors pas à le réaffirmer si elle est consultée sur le sujet.
   

Source: RTBF.BE - 08/08/14

   

Mod News

 

   

La ponctualité des trains s’est une nouvelle fois améliorée en juin, pour atteindre 87,59% contre 85,6% un an plus tôt, annonce Infrabel, le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire, dans un communiqué.

Cela concerne les trains qui sont arrivés à l’heure ou avec un retard de moins de six minutes.

Le nombre de trains supprimés représentait 4,6% de l’ensemble des trains en juin, soit 4.717 trains. En juin 2013, 1.655 trains avaient été supprimés (1,5% du total).

Les principales responsabilités dans les retards étaient liées à des «tiers» (36,5%), comme des personnes circulant sur les voies ou les voleurs de câbles. La SNCB était responsable de 32,2% des retards et Infrabel de 29,6%.

Les grandes lignes les moins ponctuelles en juin étaient la ligne Bruxelles-Midi/Luxembourg (74,1% de ponctualité), Mouscron-Schaerbeek (76,6%) et Ostende-Eupen (79%).


Toutes les statistiques sont consultables sur le site Web www.infrabel.be
 

Source: L'Avenir - 30/07/14

   

Mod News

 

   

Préavis de grève avec impact sur le trafic international Thalys et Eurostar du lundi 28/07 à 21h00 au mardi 29/07 à 22h00
Ce préavis concerne uniquement le personnel de l'atelier de Forest et ne perturbera pas le trafic national


COMMUNIQUE A LA PRESSE

Dépôt de préavis pour l’atelier de Forest (ATE TGV & PET)
Le climat social à l’atelier TGV de Forest s’est fortement dégradé.

En effet,
-    la direction de B-Technics veut toujours réduire l’effectif de 80 ETP à l’horizon 2017. L’atelier devrait fonctionner avec seulement 260 agents (344 ETP au 01 janvier 2013).
-    Actuellement, les équipes travaillent avec de moins en moins d’agents et les travailleurs sont de plus en plus mis sous pression, ce qui engendre du stress, un taux d’absentéisme élevé et de nombreux accidents de travail.

Le personnel est dès lors très inquiet quant à l’avenir de l’emploi et  particulièrement  lorsqu’au 1er janvier 2015, Thalys (THI Factory) prendra la direction de l’atelier :

- THI Factory imposerait un quota de malades de 8 %
- THI Factory déterminerait le cadre de l’atelier
- THI Factory déciderait qui va diriger l’atelier
- THI Factory voudrait étendre la sous-traitance en supprimant l’équipe qui surveille les nettoyeurs d’ISS  et les remplacer par des non-cheminots
- THI Factory envisagerait de recruter lui-même du personnel pour l’atelier si HR-Rail n’a  pas effectué cette tâche dans les 6 mois.

Les diverses réunions avec la direction n’ayant rien apporté de constructif, la CGSP-CHEMINOTS de Bruxelles a organisé des assemblées générales du personnel de l’atelier TGV de Forest ce jeudi 10 juillet, afin de présenter l’état d’avancement du dossier. 

Le personnel de l’atelier  s’est exprimé à 87,75 % en faveur d’une grève de 25h – 2,8 % contre et 9,7 % se sont abstenus.

Pour toutes ces raisons et conformément au Statut du personnel - Fascicule 548, la CGSP Cheminots – ACOD Spoor couvrira tous les arrêts de travail qui seront menés par le personnel du site de l’atelier de Forest du  lundi 28 juillet 2014 à 21h00 au mardi 29 juillet à 22h00.

Des perturbations sur le trafic international sont à prévoir. 

Contact:
Philippe DUBOIS
Secrétaire permanent
CGSP-Cheminots
Région de Bruxelles

   

Source: CGSP-Cheminots Bruxelles - 11/07/14

   

Mod News

 

   

Malgré une mobilisation sans précédent de la part des usagers, des syndicats et des associations représentant les usagers, le C.A. de la SNCB a validé ce matin la version adaptée du Plan de Transport 2014 que l'on devrait plutôt qualifier de "nouveau plan d'économies".

Selon nos informations, tous les partis représentés ont voté "pour" à l'exception du Cdh qui a voté "contre".

Cela constitue un nouveau "mensonge politique" puisque tous les représentants de ces mêmes partis dans les régions semblaient soutenir les usagers dans leurs demandes d'amélioration de ce plan.

Navetteurs.be prend acte de cette validation mais se battra jusqu'au bout pour que notre futur Gouvernement prenne ses responsabilités et ne valide pas la version adaptée de ce nouveau plan.

   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE - 01/07/14

   

Mod News

 

   

Un plan d’économies plutôt qu’un plan de transport

L’association de voyageurs Navetteurs.be a pris connaissance des adaptations proposées par la SNCB concernant le nouveau plan de transport qui doit être mis en œuvre au mois de décembre 2014.

Si elle accueille positivement l’initiative de publier en ligne les nouveaux horaires « provisoires » avec deux mois d’avance par rapport au planning initial, elle ne peut se satisfaire des propositions d’aménagements qui restent nettement insuffisantes notamment dans certaines provinces et plus particulièrement sur certaines relations « locales ».

Bien que ce nouveau plan n’ait qu’une durée de validité de 3 ans, celui-ci affiche clairement un manque d’ambition et ne répond que très peu aux besoins croissants en termes de mobilité et aux encouragements incessants à l’utilisation des transports en commun. Il s’agit clairement d’un nouveau plan d’économies qui se fait au détriment des lignes « locales » et des habitants des zones rurales.

De manière générale, l’augmentation des temps de parcours, justifiée par la volonté d’améliorer la ponctualité constitue un recul significatif dans la satisfaction des usagers.

D’un point de vue « local », les amplitudes horaires ainsi que le nombre de trains diminuent sous prétexte de « faible fréquentation », un critère décidé et mesuré par la SNCB elle-même, ce qui peut laisser place au doute et qui ne peut en aucun cas servir de justificatif pour une société censée assurer une mission de « service public ». Dans un communiqué de presse diffusé le 23 juin dernier, les « Amis du Rail Halanzy » évoquent même des « comptages effectués durant les vacances de Pâques, soit une période creuse ».


Incohérences entre certaines relations « IC »

En Province de Liège, d’importants problèmes subsistent pour les usagers effectuant les trajets Namur-Verviers dans les deux sens puisque les délais de correspondance à Liège-Guillemins entre les relations « IC » sont de 22 minutes dans le sens Namur-Verviers et de 24 minutes dans le sens Verviers-Namur, ce qui porte respectivement les temps de trajet à 89 et 87 minutes.


Régions rurales et lignes locales principales victimes


En Province du Luxembourg et plus particulièrement au niveau des dessertes locales, aucune amélioration n’est constatée avec le maintien d’une fréquence bi-horaire.

Les besoins des étudiants semblent également « oubliés » avec la suppression d’un train le mercredi midi sur la L 42 Liège-Gouvy.

Des temps d’attente –justifiés par des travaux– et pouvant aller jusqu’à 50 minutes en gare de Virton sont également constatés.


En Province du Hainaut, la SNCB essaie de faire passer pour des « améliorations » le maintien d’une relation horaire sur la relation Quévy-Mons alors qu’au final elle joue sur l’amplitude horaire en la diminuant.

Trajet

1er train
2014

1er train
2015

Dern. train
2014

Dern. train
2015

Amplitude
2014

Amplitude
2015

Différence
Amplitude

Quévy - Mons

04:46

05:24

21:46

19:24

17:00

14:00

-

03:00

Mons - Quévy

05:54

07:21

21:54

20:21

16:00

13:00

-

03:00



Sur la ligne 130a Charleroi-Erquelinnes et malgré la réintégration d’un train en soirée dans chaque sens, le dernier train Charleroi-Erquelinnes de 21h13 reste supprimé et engendrera de nombreux problèmes tant pour les travailleurs que pour les étudiants des nombreux « cours du soir » organisés à Charleroi. L’amplitude horaire est par conséquent également diminuée.

Trajet

1er train
2014

1er train
2015

Dern. train
2014

Dern. train
2015

Amplitude
2014

Amplitude
2015

Différence
Amplitude

Erquelinnes - Charleroi-Sud

05:10

05:04

20:05

20:04

14:55

15:00

+

00:05

Charleroi-Sud - Erquelinnes

06:21

05:55

21:13

19:55

14:52

14:00

-

00:52



Sur la ligne 132 Charleroi-Couvin et malgré la réintégration d’un train en soirée dans chaque sens, le dernier train Charleroi-Couvin de 22h30 reste supprimé et engendrera de nombreux problèmes tant pour les travailleurs que pour les étudiants des nombreux « cours du soir » organisés à Charleroi. L’amplitude horaire est par conséquent également diminuée.

Trajet

1er train
2014

1er train
2015

Dern. train
2014

Dern. train
2015

Amplitude
2014

Amplitude
2015

Différence
Amplitude

Charleroi - Couvin

06:18

05:59

22:30

21:15

16:12

15:16

-

00:56

Couvin - Charleroi

04:18

04:38

20:56

20:53

16:38

16:15

-

00:23


Navetteurs.be attend encore des réponses par rapport à la desserte des points d’arrêt sur cette ligne et principalement Yves-Gomezée dont la desserte était diminuée de 40% dans la première version du plan.


Les relations « locales » Jurbise – Braine-le-Comte, La Louvière – Luttre ou encore Mons – La Louvière voient également leurs amplitudes diminuées.

Trajet

1er train
2014

1er train
2015

Dern. train
2014

Dern. train
2015

Amplitude
2014

Amplitude
2015

Différence
Amplitude

Jurbise - Braine-le-Comte

04:47

07:05

19:40

20:05

14:53

13:00

-

01:53

Braine-le-Comte - Jurbise

06:55

06:34

19:55

19:34

13:00

13:00

-

00:00

La Louvière-Sud - Luttre

04:41

05:21

21:42

20:21

17:01

15:00

-

02:01

Luttre - La Louvière-Sud

05:48

05:58

21:48

20:58

16:00

15:00

-

01:00

Mons - La Louvière-Sud

04:35

05:52

22:04

19:52

17:29

14:00

-

03:29

La Louvière-Sud - Mons

04:38

06:44

21:32

20:44

16:54

14:00

-

02:54



Pas de réponses aux autres demandes

En ce qui concerne le Brabant Wallon, la SNCB n’apporte aucune réponse positive quant au maintien de certaines relations directes vers Bruxelles ou au maintien des délais de correspondances actuels.


Navetteurs.be ne soutient pas ce plan de transport

Après avoir analysé tous les éléments dont elle dispose, à l’exception du RoadShow de Namur programmé ce lundi, l’association de voyageurs Navetteurs.be ne peut marquer son accord avec ce plan de transport qui favorise uniquement les grandes lignes et les relations les plus fréquentées au détriment des lignes locales et des zones rurales.

Elle constate que la SNCB s’est contentée d’opérer quelques adaptations « chirurgicales » sans vraiment répondre aux demandes des usagers et des associations qui se sont mobilisées en faveur des lignes « locales » telles que la L 130a Charleroi-Erquelinnes et la L 132 Charleroi-Couvin, avec pour cette dernière des questions quant à la desserte des PANG’s (Ex. Yves-Gomezée).

L’association peut comprendre que la SNCB soit confrontée à des restrictions budgétaires et à une enveloppe de « km/train » fermée mais ne peut que dénoncer une très nette régression de l’offre sur les lignes locales avec des suppressions de premiers/derniers trains, une réduction des amplitudes horaires qui n’apparaissent nulle part dans les présentations au Provinces et Régions mais également une augmentation généralisée des temps de parcours, faute d’autres solutions pour enrayer les retards récurrents.

L’association appelle donc le futur Gouvernement à prendre ses responsabilités en ne validant pas cette version adaptée du plan de transport, en demandant à la SNCB de maintenir l’offre actuelle sur les lignes « locales » -ce qui constitue un minimum- et en mettant à la disposition de la SNCB l’éventuel budget supplémentaire qui permettrait d’y arriver.

L’association rappelle qu’elle reste ouverte à toute discussion constructive qui permettrait d’offrir un plan de transport répondant aux attentes en matière de mobilité et qui représenterait véritablement à une offre de « service public », notion qui semble petit à petit disparaître au profit de la rentabilité.

   

Source: ASBL NAVETTEURS.BE - 30/06/14

   

Mod News

 

   

L'Europe a ouvert une nouvelle procédure d'infraction contre la Belgique pour absence d'indépendance du service de sécurité ferroviaire (SSICF). Le service est lui-même l'objet d'une plainte en justice pour harcèlement.

Mauvaise nouvelle pour la Belgique sur le plan de la sécurité ferroviaire. Selon nos informations, la Commission européenne a ouvert une nouvelle procédure d'infraction à l'encontre de notre pays. Elle porte sur des questions d'indépendance du Service de sécurité et d'interopérabilité des chemins de fer (SSICF). Celui-ci n'est autre que l'organe qui délivre les autorisations de mise en service des trains. Il intègre également un organisme d'enquêtes dont les inspecteurs interviennent lors d'accidents ferroviaires sur le réseau belge. Ils ont notamment travaillé sur l'accident ferroviaire de Buizingen du 15 février 2010, qui a fait 18 morts.

Mise en demeure

L'exécutif européen reproche à la Belgique de ne pas assez garantir l'indépendance du SSICF dans le sens de la directive européenne, c'est-à-dire, qu'il ne doit avoir aucun lien avec une entreprise ferroviaire. La nouvelle procédure d'infraction est assortie d'une lettre de mise en demeure demandant aux autorités belges de se conformer aux prescrits européens. À défaut, la Belgique pourrait être l'objet d'une action devant la Cour de justice de l'Union européenne.

C'est la seconde fois que l'Europe épingle la Belgique pour des questions d'indépendance concernant le SSICF. Elle avait adressé en 2007 un avis motivé à notre pays, suivi en janvier 2011 d'une sommation lui demandant de garantir la pleine indépendance de ses autorités de sécurité. Deux arrêtés royaux avaient été adoptés le 22 juin 2011, créant l'organisme d'enquêtes sur les accidents et les incidents ferroviaires ainsi que le SSICF. Leur adoption a entraîné la clôture de la procédure. "Toutefois, une analyse approfondie de l'arrêté royal du 22 juin 2011 désignant l'autorité de sécurité ferroviaire a amené la Commission à lancer une nouvelle procédure d'infraction à l'encontre de la Belgique, à laquelle une nouvelle lettre de mise en demeure a été adressée", lit-on dans un courrier dont nous avons eu connaissance.

Agent harcelé

Contacté par nos soins, le cabinet du secrétaire d'État à la Mobilité, Melchior Wathelet (cdH), dit ne pas être au courant de cette nouvelle procédure. De nouveaux éléments sont d'ailleurs venus alimenter cette nouvelle procédure. Ils laissent apparaître que la garantie d'indépendance du SSICF vis-à-vis du groupe SNCB ne serait qu'apparente.

Par exemple, un agent de l'entreprise ferroviaire a été nommé à une fonction de cadre supérieure au sein de l'autorité de sécurité, sans examen. Il en serait de même pour d'autres agents. Un ingénieur du SSICF n'a jamais obtenu sa promotion, pourtant acquise par écrit, parce qu'il s'était opposé à l'homologation du système de sécurité ETCS sur une ligne pour des raisons d'interférence extérieure.

Des agents du SSICF seraient soumis à des pressions pour étouffer des constats de dysfonctionnements liés à la sécurité au sein du groupe SNCB.

Aujourd'hui, l'autorité de sécurité est l'objet d'une plainte pour harcèlement moral devant les tribunaux civils (arrêté attendu le 9 juin 2015). Il a aussi été sanctionné par un licenciement. Mais la décision a été annulée par une ordonnance de justice. Une action au conseil d'État a obligé le cabinet Wathelet à faire un retrait d'acte.

   

Source: L’Echo – 17/06/14 - Lawson Philippe

   

Mod News

 

   

Préavis de grève national du dimanche 29/6 à 22h00 au lundi 30/6 à 22h00
Perturbations annoncées sur l'ensemble du réseau

Il est conseillé de trouver une alternative au train

Offre / demande de co-voiturage sur notre Page Facebook

Voici le communiqué diffusé ce jeudi par la CGSP-Cheminots :

Le Bureau Exécutif National de la CGSP/ACOD s'est réuni ce jeudi 26 juin 2014.

Il a examiné les propositions qui ont été formulées par la Direction suite au préavis de grève déposé le  17 juin 2014.

C’est unanimement que le Bureau Exécutif National de l’ACOD/CGSP spoor/cheminots
a confirmé l’action de grève générale de 24h00
 du Dimanche 29 juin 2014 à 22h00 jusqu’au lundi 30 juin 2014 à 22h00.

Même si les Directions ont fignolé leur copie et soigné l'emballage, Il constate que les recrutements annoncés n'apportent pas de solution au problème du retard des jours de liberté. Au contraire, il relève que les effectifs continueront à fondre à un rythme affolant et ce, au détriment de la santé des travailleurs et de la sécurité ferroviaire.

Pour rappel, les Chemins de fer belges ont vu leurs effectifs passer de 38.000 agents au 01/01/2011 à 34.000 agents actuellement.

Il s'agit,  sur cette période, de l’une des plus graves hémorragies en matière d'emplois dans une entreprise en Belgique.

En ce qui concerne les filiales, le BEN ne peut que constater que contrairement à la volonté des  représentants politiques, celles-ci sont certes moins nombreuses mais, bel et bien, renforcées.

Le BEN souligne que cette politique n’a d’autres objectifs que la précarisation des emplois et le dumping social au sein des Chemins de fer. Nous n’accepterons jamais que le Management poursuive cette stratégie qui consiste à créer des Cheminots à 2 vitesses.

S'agissant du plan de transport, il appert que les modifications restent cosmétiques eu égard au projet initial. Les conséquences pour le personnel ne sont toujours pas établies malgré nos multiples demandes et semblent surtout régies par des objectifs budgétaires.

Nous constatons que ce plan manque toujours cruellement d'ambition comparé aux importants investissements consentis tant en infrastructure qu'en matériel roulant.

Selon le BEN, il n'apportera pas les prestations de qualité que la population est en droit d'attendre d'un service public.


S. PITELJON   J-P. GOOSSENS                          Michel ABDISSI,
     Secrétaires Généraux                       Président du Secteur Cheminots
             ACOD-CGSP                                        ACOD-CGSP


   

Source: DH.be - 23/06/14 - Belga - 20/06/14 - Communiqué CGSP - 17/06/14

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online