Nous avons 23 visiteurs en ligne

 

   

Le ministre Labille va confier à un bureau indépendant la mission d'élaborer un plan d'efficience sur le suivi des investissements du masterplan du groupe SNCB, qui est évalué à 3,7 milliards.

Le groupe SNCB ne sera plus seul aux commandes de l'implémentation de son masterplan de sécurisation du rail. Il devra accepter que des experts externes se penchent sur la façon dont il le concrétise et, si possible, rectifier la trajectoire. Selon nos informations, le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille (PS), lancera d'ici début 2014 un marché pour désigner un bureau indépendant spécialisé pour évaluer l'état d'avancement du travail réalisé jusqu'à présent par Infrabel, le gestionnaire d'infrastructure ferroviaire, et l'opérateur SNCB (la SNCB).

Au-delà d'un audit de l'implémentation du masterplan, le Fédéral veut élaborer un plan d'efficience de la sécurisation du rail au regard du contexte budgétaire difficile auquel il est confronté, et qui pèse aussi sur le groupe SNCB. "Le plan d'efficience sera réalisé par un bureau indépendant et compétent. Il portera notamment sur le suivi des investissements en matière de sécurité (ETCS et matières connexes).

La mission du bureau sera aussi de veiller à la qualité de la conception et de l'exécution de ce type de projets, au respect des délais et à l'optimisation du rapport coûts-bénéfices pour atteindre les objectifs poursuivis et préconisés par le rapport de la Commission spéciale pour la sécurité du rail (Commission Buizingen)", nous a expliqué le cabinet Labille. On y précise qu'il s'agit de voir si on peut aller plus rapidement tout en étant plus efficient.


Des députés dubitatifs

La démarche de Labille inquiète des députés, qui soupçonnent l'exécutif fédéral de faire marche arrière sur la sécurité ferroviaire. "Il y a aujourd'hui des velléités de revenir sur le masterplan, une volonté de revoir le calendrier. Je me demande combien ça va coûter", dit Ronny Balcaen (Ecolo), député membre de la "Commission Buizingen". "La sécurité ferroviaire est un domaine où les technologies évoluent sans cesse. Il est donc intéressant d'avoir un rapport détaillé réalisé par des experts externes. Mais il faut être sûr que la démarche soit utile et qu'il ne s'agit pas là d'un prétexte pour justifier le report du calendrier", renchérit sa collègue Valérie De Bue, députée MR. Pour l'élue PS Linda Musin, le recours à un bureau indépendant ne peut qu'être bénéfique.


Infrabel en avance

La Commission Buizingen a été créée après l'accident ferroviaire du 15 février 2010 (19 morts) sur la ligne Mons-Bruxelles. Ses conclusions ont obligé la SNCB et Infrabel à ramener à 2023 l'équipement du réseau et des trains des systèmes d'arrêt d'urgence TBL1 + et ETCS, soit 7 ans avant l'échéance initiale de 2030. Le masterplan est évalué à environ 3,7 milliards d'euros, dont 2,004 milliards pour Infrabel et 1,693 milliard pour la SNCB.

Au 9 septembre, il restait une dizaine de trains à équiper du TBL1 + sur les 919 engins de la SNCB. Un peu plus de 350 trains sont équipés de l'ETCS, mais seuls les 130 trains Desiro l'utilisent réellement. D'après le dernier bilan d'Infrabel, 4.370 signaux du réseau sont équipés du TBL1 +, soit une couverture de risque de 94,26%. "Nous avons une légère avance sur le calendrier", précise-t-on. L'installation de l'ETCS n'est qu'à ses débuts. À l'exception des tronçons à grande vitesse et du diabolo, seules quelques classiques en sont pourvus (ligne 154 Athus-Godinne-Namur, ligne Malines-Leuven).
   

Source: L'Echo - 10/10/13

   

 

   

Amendes SNCB : ne payez pas sur-le-champ à l'huissier de justice!

© Photo Test-Achats

Si un huissier veut vous faire payer une amende en retard pour non-paiement d’un titre de transport en train, vérifiez d’abord si vous disposez de tous les documents et pièces justifiant la créance en question. Ce n’est pas parce que la mise en demeure émane d’un huissier de justice que vous êtes pour autant redevable de l’amende.

La SNCB a mandaté un cabinet de huissiers de justice pour le recouvrement des amendes infligées pour non-paiement du titre de transport. Les consommateurs concernés sont dans ce cas invités à payer une amende de 190 à 200 €, en plus du prix initial du trajet. Beaucoup le font sur-le-champ par peur du huissier de justice. Pourtant, la dette n’est peut-être pas due ou est prescrite …
L’amende de la SNCB n’est peut-être pas due ou est peut-être prescrite ...

Dans le cas d’un fait pénalement punissable, le procès-verbal doit être établi par une personne habilitée comme un agent de police ou un accompagnateur de train statutaire et assermenté, comme c’est prévu par la loi. Le procès-verbal doit contenir une description des prétendus faits punissables et des dispositions légales enfreintes, ainsi qu’une identification de la personne verbalisant. S’il ne s’agit pas d’un fait pénalement punissable, la dette sera prescrite après un an et la dette ne sera pas due.

Pouvoir disposer du procès-verbal en question doit permettre au consommateur de vérifier la validité et le fondement des affirmations. Le consommateur reçoit ainsi la possibilité d’apprécier au mieux la procédure de recouvrement à son encontre et de pouvoir réagir de la meilleure manière en connaissance de cause.

Malheureusement, la plupart du temps, la production de ce fameux procès-verbal fait défaut, même parfois sur demande du consommateur lui-même.

Plus d'infos sur le site de Test-Achats
   

Source: Test-Achats.be - 09/10/13

   

 

   

L'ancien bâtiment Conforama : un chancre qui disparaîtra bientôt du paysage de la gare de Charleroi

© Photo RTBF - Google StreetView

Le Collège échevinal de la Ville de Charleroi vient d'ouvrir la voie au grand projet de rénovation des abords de la gare. Après la démolition du bâtiment de la SNCB qui est terminée, on va bientôt entamer celle de l’ancien Conforama qui le jouxtait derrière la gare du Sud à la rue de la Villette.

Depuis qu’il a été présenté en mars dernier au Mipim de Cannes, le rendez-vous annuel des grands projets immobiliers européens, un plan existe chez Infrabel pour la rénovation complète des alentours de la gare du Sud à Charleroi. Il s’agit d’un "masterplan", comme on dit, chiffré au printemps dernier à 85 millions d'euros, qui est soutenu par la Ville pour exploiter les zones en friche et reconstruire les quartiers vétustes autour de la gare.

Il est question d’un nouveau tunnel sous les voies, d’une immense verrière au-dessus de la gare et de l'esplanade, d’un quartier d'affaires, de commerces, de logements et d’une salle polyvalente de 12 000 places.

Rien n’est encore précis pour le calendrier et il n’y a même pas de validation définitive du projet. Mais le Collège de la Ville n'entend visiblement pas se laisser prendre de court : il vient de donner son accord pour un permis de démolition du bâtiment du Conforama, situé à l'arrière de la gare, rue de la Vilette. Cet édifice de 6 000 m² , à l’abandon depuis la fin des années 1980, devra en effet bien être détruit avant d'envisager quoi que ce soit d'autre.

Les travaux devraient commencer cet hiver. Ils seront pris en charge par la SNCB-Holding. Le terrain sera alors prêt pour le grand projet : le fameux Masterplan. Entretemps, il servira de parking supplémentaire en surface pour les navetteurs.
   

Source: RTBF.be - 09/10/13

   

 

   

SNCB : le ministre des entreprises publiques Jean-Pascal Labille ne le cache pas, il en a marre du manque de ponctualité des trains.

© Photo L'Avenir - Belga

Jean-Pascal Labille en a assez du manque de ponctualités des trains. Le ministre des entreprises publiques l’a fait savoir au futur CEO de la SCNB.

Le ministre des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, a confié sa lassitude devant le manque de ponctualité des trains. Il en a fait part au futur CEO de la SNCB, Jo Cornu, et lui a indiqué qu’il s’agirait de l’un des premiers problèmes auxquels il devrait s’attaquer, a-t-il expliqué en Commission de l’Infrastructure de la Chambre, en réponse à des questions de Véronique Bonni (PS), Jef Van den Berghe (CD&V), Steven Vandeput (N-VA) et Sabien Lahaye-Batteu (Open Vld).

«En 2010, 11 et 12, les objectifs de ponctualité n’ont pas été atteints et ce ne sera pas le cas non plus en 2013. Je ne vous cache pas que j’en ai marre», a souligné le ministre.

Selon des statistiques de 2013 publiées par Infrabel et invoquées par M. Van den Berghe dans la presse, 85,6 pc des trains sont «à l’heure», étant entendu que seuls les retards de plus de six minutes sont pris en compte. Cette année, près de 20.000 trains ont déjà été supprimés, ce qui dépasse le chiffre de toute l’année 2012. Les chemins de fers belges pourraient comptabiliser 30.000 trains supprimés d’ici la fin de l’année.

Un plan d’action commun à Infrabel et la SNCB est en vigueur pour rémédier à ce problème structurel. Le plan d’action de la SNCB se concentre principalement sur le matériel mais ne produira ses effets qu’à long terme, a indiqué M. Labille.

En ce qui concerne Infrabel, le rude hiver du début de l’année a eu un effet important sur la ponctualité. Le nombre de retards à charge de tiers a également augmenté: personnes circulant sur les voies, vols de câbles, accidents de personnes, actes de malveillance, etc. Par exemple, l’impact négatif dû aux vols de câble s’élève à 66.400 minutes de retard en 2012.

Le ministre accordera une importance particulière au problème de ponctualité lors de la négociation des prochains contrats de gestion, a-t-il ajouté.
   

Source: Lavenir.net (avec Belga) - 09/10/13

   

 

   

Jamais encore la ponctualité des trains belges n’avait autant laissé à désirer. En ce début du mois d’octobre, le nombre de trains supprimés est déjà plus élevé qu’en 2012. Le parlement a convoqué les managers de ponctualité de la SNCB et d’Infrabel.

Les statistiques d’Infrabel révèlent que les trains n’avaient jamais eu autant de retard depuis les premiers décomptes en 1981. Après une légère amélioration ces dernières années, la situation s’est considérablement dégradée.

D’après les chiffres publiés par Infrabel, 85,6 pour cent des trains sont "à l’heure", c’est-à-dire qu’ils ont moins de six minutes de retard puisque seuls les retards de plus de six minutes sont pris en compte. Le nombre de trains supprimés est également préoccupant : près de 20.000 trains ont déjà été supprimés cette année, ce qui dépasse déjà le chiffre de toute l’année 2012. Si rien ne change, les chemins de fers belges comptabiliseront 30.000 trains supprimés d’ici la fin de l’année.

Les retards sont dus pour 45,7% à la SNCB, 15,9% à Infrabel, 33,8% à des tiers (vols de câbles, tentatives de suicide, etc.) et 4,6% à d’autres raisons.


563 millions d’euros

En 2011, Infrabel et la SNCB ont lancé un grand plan d’action en vue d’améliorer la ponctualité. Le plan, qui a coûté la bagatelle de 563 millions d’euros, contenait plus de 120 mesures destinées à faire progresser la ponctualité. Les deux sociétés disposent chacune de leur propre manager chargé de la ponctualité et sur le terrain la SNCB et Infrabel tentent d’accélérer les interventions en cas de pannes et de perturbations. Malgré ces investissements, le problème continue à empirer.

Pour les parlementaires la coupe est pleine. Le CD&V, le sp.a et l’Open VLD exigent que les managers chargés de la ponctualité viennent s’expliquer. "Le succès et la fiabilité des transports en commun dépendent de la ponctualité. Les voyageurs sont trop souvent confrontés à des retards ou à des trains supprimés. Ce n’est plus possible" a déclaré le parlementaire chrétien-démocrate flamand Jef Van den Bergh au quotidien De Morgen.

Aujourd’hui le ministre des Entreprises publiques est attendu à la commission pour expliquer ce "record". Il reconnaît que la ponctualité est "un point d’action clé" de la SNCB renouvelée.
   

Source: LeVif.be - 09/10/13

   

 

   
Les travaux pour la construction d'une gare en surface à l'aéroport de Charleroi (BSCA) ne pourront pas commencer avant 2020 et celle-ci ne pourra pas être opérationnelle avant 2027, d'après une analyse réalisée par Infrabel, relayée mardi par le quotidien l'Echo.


Une gare à l'aéroport de Charleroi serait opérationnelle après 2027

Estimée à 480 millions d'euros, une gare en surface engloutirait par ailleurs une part importante de l'enveloppe réservée par le Plan pluriannuel d'investissement (PPI) 2013-2025 aux projets prioritaires régionaux. Actuellement, ce plan réserve quelque 2,56 milliards d'euros pour les projets nouveaux des Régions dont environ un milliard pour la Flandre et 668 millions pour la Wallonie.

Le cabinet du ministre régional de la Mobilité, Philippe Henry, avait élaboré une liste de projets prioritaires, mais il a dû renoncer à l'envoyer au fédéral en raison du blocage lié à la gare de Gosselies. Le ministre estime qu'au regard des délais et du poids budgétaire du projet, il serait judicieux de programmer sa réalisation après celle des nouveaux projets wallons prioritaires sélectionnés. Or, d'après le cabinet du ministre-président, Rudy Demotte, la gare de Gosselies doit faire partie des projets ultra-prioritaires.

Sa proposition est soutenue par les dirigeants de l'aéroport carolo qui ne sont pas satisfaits du calendrier d'Infrabel. Le ministre fédéral des Entreprises publiques, Jean-Pascal Labille, a demandé de son côté une réactualisation de l'étude initiale relative à une gare à BSCA, au regard des bons chiffres de trafic de l'aéroport.
   

Source: LeVif.be (Belga) - 08/10/13

   

 

   

Un dégagement de fumée a été constaté mardi vers 08h45 à la locomotive d'un train entre les gares de Beez et Plomcot, près de Namur, a indiqué le gestionnaire du réseau ferroviaire Infrabel, confirmant une information de Canal C.

Les passagers du train ont été évacués. L'incident n'a fait aucun blessé.Le train effectuait la liaison entre Tournai et Herstal. Les passagers du train ont été évacués et conduits en bus à la gare de Namur où ils ont pu prendre un autre train. L'ampleur du dégagement de fumée était limitée, selon le porte-parole d'Infrabel.

Les pompiers ont terminé leurs opérations vers 10h00. L'incident n'a pas fait de blessé mais a toutefois provoqué des retards de 15 à 20 minutes, les autres trains devant rouler sur la deuxième voie à vitesse limitée. La machine avariée sera remorquée, ajoute Infrabel.
   

Source: DH.be (Belga) - 08/10/13

   

 

   

Un voyageur de la région de Charleroi, qui souhaite rester anonyme, nous a fait part ce jour d'un dépôt de plainte auprès de la police locale pour « obstruction à la circulation ferroviaire ».

Cette plainte concerne les mouvements de grève « sauvages » des jeudi 19/9, vendredi 20/9, mardi 1/10 et vendredi 4/10 qui ont empêché la circulation des trains au départ et à destination de Charleroi-Sud.

Le voyageur dénonce des trajets ayant duré plus de 4 heures au lieu des 45 minutes habituelles. Il s'estime « personné lésée » et demande un montant de 3.000 € à titre provisoire.

Si le Parquet donne suite à la plainte il fera appel à son assurance « défense en justice ».

Si aucune suite n'est donnée à sa plainte par le Parquet, il procédera avec d'autre voyageurs à une citation directe devant le Tribunal Correctionnel contre les personnes présentes sur les voies qu'il a pu identifier notamment grâce aux reportages télé et aux clichés postés sur le réseau social Facebook.

Le voyageur précise enfin : « Je ne conteste ni le droit de grève, ni les revendications des Cheminots mais bien les infractions pénales qu'ils ont commises et qui sont étrangères à l'exercice de ce droit de grève »
   

Source: Voyageur Charleroi - 07/10/13

   

 

   

Le personnel en grève proteste contre ce qui va constituer, selon eux, la disparition de la gare de triage de Monceau-sur-Sambre (Charleroi)

Le personnel de B-Logistics a comme attendu commencé à occuper les voies de la gare de Charleroi-Sud, vendredi peu après 6h30 vendredi, a indiqué Frédéric Sacré d'Infrabel à l'Agence Belga.

Les entrées et sorties de la gare sont bloquées et cela a des répercussions sur la dorsale wallonne et le trafic ferroviaire vers Bruxelles, totalement bloqués. La ligne vers Ottignies est également affectée. Le service des trains sera adapté, a encore précisé Frédéric Sacré, afin d'éviter la gare de Charleroi-Sud, notamment via des navettes de bus.

Il est également conseillé aux usagers devant rejoindre Bruxelles de se rendre en gare de Luttre.

Le personnel en grève proteste contre ce qui va constituer, selon eux, la disparition de la gare de triage de Monceau-sur-Sambre (Charleroi). La SNCB Logistics, la filiale de transport de marchandises de l'opérateur ferroviaire belge, envisage de réduire les activités à Monceau.
   

Source: DH.be - 04/10/13

   

 

   

Grâce-Hollogne, le 4 octobre 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE


L’association de voyageurs NAVETTEURS.BE dénonce fermement un quatrième mouvement de grève sauvage dans la région de Charleroi en l’espace de deux semaines, provoquant des embarras notamment pour des milliers de travailleurs et d’étudiants dans leurs déplacements.

Bien que, sur le fond, les craintes des travailleurs du site de Monceau-sur-Sambre soient légitimes, la manière de les exprimer s’apparente une fois de plus à une « prise d’otage » de voyageurs qui ne sont en rien responsables des décisions prises au sein du Groupe SNCB en concertation avec le monde politique.

L’association estime que la grève est un droit fondamental de notre société mais que celui-ci s’accompagne d’une obligation minimale, celle du dépôt d’un préavis dans un délai raisonnable.

Elle estime également que le caractère répétitif de tels mouvements de grève décrédibilise les organisations syndicales qui « couvrent » leurs affiliés en dépit des accords sociaux signés au sein du Groupe SNCB, sous prétexte du caractère « émotionnel ». En effet, si ce caractère « émotionnel » peut être retenu en cas d’agression ou d’annonce « imprévue » notamment, il est difficile voire impossible de le justifier au quatrième mouvement du genre pour le même motif en l’espace de deux semaines.

L’association regrette fermement cette nouvelle action qui n’a d’autre finalité que semer la pagaille sur le trafic des trains de voyageurs en pleine heure de pointe et demande, tant aux organisations syndicales qu’aux dirigeants du groupe SNCB ou au Ministre de tutelle, de réagir de manière ferme vis-à-vis d’une minorité de travailleurs qui se trompe une nouvelle fois de cible.
   

Source: NAVETTEURS.BE - 04/10/13

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online