Nous avons 85 visiteurs en ligne

Mod News

 

   

Un impact difficile à évaluer

Difficile d'évaluer ce dimanche les perturbations sur le rail lundi dans le cadre de la grève intersectorielle de 24 heures, prévue par la CSC et la FGTB à Namur et dans le Hainaut. "Le préavis de grève n'est pas levé car c'est très difficile de prévenir tous les travailleurs un weekend mais, vu le contexte après les attentats de Paris, le trafic ferroviaire ne devrait pas être trop perturbé", nous indique ce dimanche Michel Abdissi, président francophone CGSP Cheminots. Selon le syndicaliste, "des assemblées seront organisées dans les régionales".

De son côté, Vincent Pestieau, délégué CGSP à Charleroi confirme le maintien du préavis de grève dans tous les secteurs dans la région hennuyère. Mais, selon lui, "cette action aura bien des répercussions sur le trafic des trains puisque certains conducteurs et accompagnateurs ne viendront pas travailler", assure-t-il. (Source RTLinfo.be)

Trafic ferroviaire interrompu dans la région de Tournai dès 22h00 ce dimanche

Le trafic ferroviaire dans la région de Tournai sera interrompu dès ce dimanche 22h00 dans le cadre de l'action de grève intersectorielle prévue ce lundi dans la province du Hainaut.

Le centre de signalisation de Tournai sera en effet paralysé par l'action syndicale dès ce dimanche 22h00, a annoncé la porte-parole de la SNCB, Nathalie Pierrard. Les trains lundi matin en gare de Tournai devraient en conséquence être aussi à l'arrêt, a-t-elle ajouté. Un mouvement de grève intersectoriel est organisé par la CSC et la FGTB ce lundi 23 novembre à Namur ainsi que dans toute la province du Hainaut. Les syndicats entendent protester contre les mesures d'économies du gouvernement fédéral. (Belga)

Informations de la SNCB

La circulation des trains passant par Charleroi, Namur et Tournai pourrait être perturbée du dimanche 22 novembre (22h) au dernier train le lundi 23 novembre. D'autres répercussions mineures sur le reste du réseau restent également possibles.

Gares bruxelloises à éviter ce lundi

Evitez les gares bruxelloises … Cela reste la recommandation ferme du Centre de crise ce dimanche soir. Le niveau d'alerte est maintenu à 4. Le métro restera d'ailleurs fermé ce lundi (tout comme les écoles de la région bruxelloise). Dilemme pour les milliers de navetteurs, qui vont devoir aussi compter avec la grève.

Lundi difficile pour les milliers de navetteurs … Ce dimanche, vers 19h, le Centre de crise a confirmé le maintien du niveau 4 d'alerte sur la région bruxelloise. Et la vigilance accrue sur les transports en commun. Pas de mention directes sur les gares bruxelloises, mais ce niveau d'alerte sous-tend néanmoins qu'il est recommandé à la population de les éviter, comme ce week-end.

" Il n’y a pas de modification sur ce qui a été mis en place depuis hier, voire plusieurs jours, observe Nathalie Pierard. Soit un renfort policier et militaire et des patrouilles dans les trois principales gares – Bruxelles-central, Bruxelles-midi et Bruxelles-nord -, ainsi que sur celles de Bruxelles-Luxembourg et Bruxelles-Airport. Autres gares concernées par ces mesures, mais ailleurs, celles de Liège Guillemins et d’Anvers Central " explique Nathalie Pierard, porte-parole de la SNCB.

Pas de consigne pour fermer les gares

La porte-parole rappelle également que ce n’est pas à la SNCB qu’il revient de prendre décision en matière de sécurité, mais aux autorités. " Nous sommes tenus d’appliquer leurs décisions et de nous y conformer, précise Nathalie Pierard. Mais pour l’heure, et au-delà d’une présence policière et militaire, nous n’avons pas eu, par exemple, de consignes pour fermer les gares "

Si le niveau d’alerte 4 se poursuit, pas de quoi rassurer les navetteurs, confrontés à un dilemme.

" Difficile, du côté de la SNCB, de donner des consignes plus claires pour demain aux navetteurs, explique encore Nathalie Pierard. Ce n’est pas notre responsabilité directe. Cela va beaucoup dépendre des décisions prises pour la suite par le Conseil de sécurité et le gouvernement. S’il y a une demande de la part des autorités pour suivre une nouvelle stratégie, nous l’appliquerons "

 

Source: SNCB & Presse - 22/11/2015

   

Mod News

 

   

En date du 5 octobre, notre association interpellait la SNCB dans un courrier par rapport aux problèmes répétés sur les ligne 94 Tournai-Bruxelles et 96 Mons-Bruxelles.

Nous avons reçu ce 26 aoctobre une réponse dont nous souhaitons partager le contenu avec vous :

1. Pas de problème structurel lié au Plan de Transport 2014;

2. Impact du déraillement du 10 septembre à Buizingen : " Le déraillement lui-même a endommagé l'infrastructure à hauteur de 
    Buizingen, nécessitant des travaux d'urgence. Cette indisponibilité d'infrastructure sur un axe majeur du réseau et la réduction de
    la vitesse à 60 km/h dans la zone de travaux ont impacté négativement la ponctualité des trains de la ligne 94 et 96
" ;

3. Ralentissements à Ghlin et Quévy " imposés par le gestionnaire d'infrastructure pour l'entretien de la ligne. Ces ralentissements
    ont eu des conséquences majeures pour la ponctualité des trains
" ;

4. Impacts d'autres chantiers notamment sur la ligne 78 à hauteur de Blaton ;

5. Avaries au matériel durant les 15 derniers jours de septembre :

   - " L'impact de trains de marchandises hors sillons. lnfrabel s'engage à analyser les sillons de ces trains afin de les déplacer hors
      de la pointe si accord avec l'opérateur marchandise et de vérifier la robustesse de ces sillons " ;

   - " Dérangements signalisation entre Enghien et Saintes le 15 et 17/09 " ;

   - " Rupture alimentation entre Lembeek et Tubize le 22109.lnfrabel met tout en oeuvre pour réparer au plus vite l'infrastructure " ;

6.  " En outre, le 9 septembre, la présence d'une personne dans les voies à Bruxelles-Midi durant la pointe du soir a généré
     énormément de retard qui a impacté la circulation sur les lignes 96, 94, 50A, 124 et 28 ".

" La SNCB suit quotidiennement toutes les lignes du pays et réagit au plus vite lorsque des complications se font ressentir que ce soit sur la ligne 94 ou 96, ou ailleurs sur le réseau. A ce titre, les faiblesses des 3 dernières semaines de septembre ont été rapidement prises en main par le groupe de travail " .


Notre association reste bien évidemment attentive à l'évolution de la situation sur ces lignes mais également sur le reste du réseau. N'hésitez dès lors pas à nous faire parvenir toute information que vous jugez utiles à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous souhaitez soutenir le fonctionnement de notre association ? Inscrivez-vous ICI

 

Source: SNCB - 26/10/2015

   

Mod News

 

   


COMMUNIQUE DE PRESSE

Les voyageurs regrettent certains abus

Les actions de sabotage d’une minorité de grévistes sont inacceptables

Durant deux journées consécutives, le rail est perturbé par des actions de la CGSP-Cheminots. Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus regrettent les sabotages rapportés par Infrabel ainsi que certaines occupations des voies récemment jugées illégales par la Justice.


Ce jour, la circulation des trains est fortement perturbée par un mouvement de grève de la CGSP-Cheminots principalement dans les régions de Liège / Namur / Luxembourg. Cette grève a des répercussions plus ou moins importantes sur l’ensemble du réseau.

Certains grévistes dépassent clairement leurs droits en occupant localement les voies. Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus dénoncent : « Nous reconnaissons le droit de grève comme ultime moyen de pression lorsque toutes les possibilités de concertation ont échoué. D’autre part, à partir du moment où seule une partie du personnel est en grève, nous nous attendons à ce qu’un nombre limité de trains soit touché. Nous constatons que certains grévistes tentent d’amplifier l’ampleur du mouvement en occupant localement les voies et réalisant des actes de sabotage pour lesquels Infrabel a déposé plainte ».

Il est en tout cas inacceptable que des voies soient bloquées. « De telles actions sont illégales, et surtout dangereuses. Nous soutenons les initiatives d’Infrabel visant à faire respecter ces interdictions afin que le personnel non-gréviste puisse assurer une partie du trafic. Nous remercions le personnel qui, malgré ces actions, fait le maximum pour assurer la circulation des trains. Nous remercions également la SNCB pour les efforts fournis en matière d’information aux voyageurs ».

 

Source: CP Navetteurs.be/TreinTramBus - 19/09/2015

   

Mod News

 

   

Malgré tous les efforts consentis, le nombre de personnes se promenant sur les voies ou les traversant, en toute illégalité, ne cesse d’augmenter. Une augmentation de près de 20%, si l’on compare le premier semestre 2015 avec celui de 2014. Aussi Infrabel lance ce jour, en collaboration avec Securail, la SNCB et la Police Fédérale, une nouvelle campagne de sensibilisation. Une campagne forte, qui ne laisse aucun doute sur les risques encourus par ceux qui traversent les voies là où c’est interdit.



Âmes sensibles s’abstenir

Infrabel a bien conscience que le film de sa nouvelle campagne peut heurter, voire choquer certaines personnes. Le parti-pris de cette campagne est d’être confronté à la réalité. Non, un train ne peut pas dévier de sa trajectoire. Oui, un train a besoin d’une grande distance pour freiner. Non, vous n’entendrez pas le train avant qu’il ne soit trop tard. Ce film montre aussi l’impuissance d’un conducteur, lorsqu’il constate qu’il y a quelqu’un sur les voies. Et même à vitesse réduite, le choc entre un train et une personne reste d’une violence inouïe.





 

Source: CP Infrabel / SNCB - 14/10/2015

   

Mod News

 

   


COMMUNIQUE DE PRESSE

Grève du rail et nuisances disproportionnées

Les voyageurs dénoncent l’occupation des voies

Le trafic ferroviaire est perturbé suite à un mouvement de grève de l’aile francophone du syndicat CGSP-Cheminots. Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus reconnaissent le droit de grève mais jugent les perturbations disproportionnées.

Le trafic ferroviaire est perturbé ce jour par un mouvement de grève de l’aile francophone de la CGSP-Cheminots en région bruxelloise. Les perturbations sont toutefois plus importantes que prévu malgré la participation limitée à ce mouvement. Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus dénoncent : « Nous reconnaissons le droit de grève et soulignons le respect du préavis. Par contre, nous sommes en droit d’attendre que les grévistes respectent également le droit des voyageurs à pouvoir se déplacer », affirment-elles. « Si seul un syndicat part en grève, il n’est pas normal que les grévistes bloquent les voies pour amplifier l’impact de leur mouvement ».

Pour les associations, il est intolérable de procéder au blocage des voies et/ou des cabines de signalisation. « De telles actions sont illégales et surtout dangereuses. Nous demandons dès lors à Infrabel de faire le nécessaire pour libérer les voies. Cette vision est également partagée par la tribunaux dans la majorité des cas qui leur ont été soumis ».


 

Source: CP Navetteurs.be/TreinTramBus - 09/10/2015

   

Mod News

 

   

L’action de la CGSP/ACOD impactera le trafic voyageurs

Dans un communiqué diffusé ce jour, « la SNCB craint de graves perturbations du trafic ferroviaire entraînant également des conséquences en dehors de la capitale ». Il est dès lors fortement conseillé aux usagers de trouver une alternative au train pour leurs déplacements planifiés entre le jeudi 8/10 à 22h00 et le vendredi 9/10 à 22h00.

Voici le communiqué SNCB diffusé ce jour :

« La CGSP et l’ACOD ont déposé un préavis de grève pour le vendredi 9 octobre afin de manifester leur mécontentement à l'égard du plan de modernisation des chemins de fer belges. Cette grève risque d’être suivie par deux autres actions sociales provinciales. La SNCB condamne la grève et craint que cette action ne perturbe gravement le trafic ferroviaire ainsi que les habitudes quotidiennes de ses clients.

La CGSP Cheminots et l’ACOD Spoor ont déposé aujourd'hui un préavis de grève concernant le vendredi 9 octobre pour le district centre de la SNCB (Bruxelles). La grève débutera la veille dès 22h et se terminera le vendredi à 22 h. L'action de grève risque d’être suivie par deux autres grèves provinciales, respectivement prévues le lundi 19 et le mardi 20 octobre 2015.

Compte tenu de la position centrale de Bruxelles et de l’interconnexion du réseau ferroviaire belge, la SNCB craint de graves perturbations du trafic ferroviaire entraînant également des conséquences en dehors de la capitale. La SNCB conseille à sa clientèle de ne pas compter uniquement sur le train et l’invite à prévoir d’autres alternatives pour rejoindre la capitale ce jour-là.

Des actions sociales de ce type ne mettront pas seulement les clients de la SNCB dans l’embarras mais endommageront également l’image de marque, et la confiance en l’opérateur ferroviaire. Il est en effet démontré qu’une action de grève affecte la confiance des clients envers la SNCB durant les mois qui suivent, et certainement celle des clients occasionnels qui sont parmi les cibles privilégiées des actions commerciales actuelles.

C’est pourquoi les conséquences commerciales, financières et en termes d’image suite à une grève sont très dommageables pour la SNCB, que ce soit immédiatement ou sur le long terme.

Par conséquent, la SNCB fait appel au sens des responsabilités des cheminots pour ne pas mettre en péril le futur de la société, ses moyens et ses travailleurs en perturbant quelques jours durant la circulation ferroviaire, et cela juste au moment où les files sur les routes sont devenues tellement importantes qu’un shift des automobilistes vers le train est aujourd’hui envisageable
» .

 

Source: Communiqué de presse SNCB - 29/09/2015

   

Mod News

 

   


COMMUNIQUE DE PRESSE

Pour l’attractivité du train

Les voyageurs contre les portiques d’accès aux gares

La Ministre Galant est favorable à l’installation de portiques d’accès aux gares ainsi qu’aux contrôles de sécurité pour les voyageurs internationaux. « Pas une bonne idée ! », disent les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus ainsi que l’association de consommateurs Test-Achats : le voyageur est dans tous les cas perdant.

Certains journaux parlent ce jour de l’initiative de la Ministre Galant. Les voyageurs s’attendent à encore plus de problèmes. En cas de panne d’un automate, les voyageurs qui achètent leur billet dans le train doivent s’acquitter d’un supplément de 7 €.

Navetteurs.be, TreinTramBus et Test-Achats ont d’ailleurs réagi sur le sujet dans une lettre ouverte envoyée à Jo Cornu le 12 août dernier. Avec un système de portique, la situation pourrait être encore pire pour le voyageur : en cas de portique défectueux, le voyageur ne pourra purement et simplement pas prendre le train. « Totalement inacceptable », répondent les associations. « Les conséquences d’une panne de ces portiques seraient encore plus dommageables que maintenant pour le voyageur ».

Dans les grandes gares où embarquent un grand nombre de voyageurs sur une courte durée, cela amplifierait les retards et ne renforcerait en aucun cas la sécurité. A Bruxelles-Central par exemple, il serait impossible d’installer un nombre suffisant de portiques pour absorber le flot de voyageurs. Nous prenons aussi en exemple les expériences négatives en la matière aux Pays-Bas.

Le contrôle systématique des bagages pour les trains à grande vitesse est tout simplement irréalisable : cela va engendrer des retards supplémentaires pour les voyageurs. « La Ministre parle d’un maximum de 15 minutes, mais pour les trains Eurostar pour Londres, l’enregistrement doit déjà être effectué 30 minutes à l’avance », disent les associations. « Un temps de check-in d’une demi-heure signifierait un allongement de 35% du temps de parcours pour un trajet Bruxelles-Paris. Ce sera dommageable pour le client ».

Ces deux mesures engendreraient des dépenses colossales au détriment d’investissements dans l’amélioration de la qualité du service, et ce dans un contexte d’économies budgétaires.


 

Source: CP Navetteurs.be/TreinTramBus/Test-Achats - 25/09/2015

   

Mod News

 

   


COMMUNIQUE DE PRESSE

Les associations s’opposent à la suppression de la carte « famille nombreuse »

Les familles sont poussées vers la voiture

La Ministre Galant veut supprimer la carte
« famille nombreuse ». Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus, soutenus par Test-Achats s’y opposent et demandent une concertation avec la Ministre sur le sujet.

La carte de réduction pour les familles avec au moins trois enfants devrait être supprimée selon les informations rapportées par plusieurs quotidiens de ce jour. Les titulaires de cette carte peuvent acheter leurs tickets avec 50% de réduction sur le tarif standard. Les enfants de moins de 12 ans voyagent gratuitement.

Les associations réagissent fermement contre cette mesure. « Pour les familles nombreuses, le coût des voyages en train double d’un seul coup, voire plus si les enfants ont moins de 12 ans », soulignent-elles. « Et ce quelques années après la disparition des « Multipass » pour les groupes jusqu’à 5 personnes, du tarif « Un jour à la mer » et de la « Carte de réduction – 50%, sous prétexte d’une simplification des tarifs ».

Cette « simplification », comme les précédentes, entraînent à chaque fois un très forte hausse des tarifs pour les groupes ciblés et sont dès lors anti-sociales. Pourquoi veut-on toujours que la SNCB se tire une balle dans le pied ? Une voiture ne coûte pas plus cher si elle est utilisée par une personne seule ou par une famille entière. Par contre chaque personne supplémentaire doit payer son billet de train. Dans les pays voisins il y a depuis longtemps des formules avantageuses pour les familles.

Cette nouvelle mesure va à l’encontre de la politique qui vise à réduire l’utilisation de la voiture au profit de l’utilisation des transports en commun. « Nous craignons que les familles n’abandonnent les transports en commun au profit de la voiture ».

Les associations n’ont à aucun moment été consultées sur le sujet. « Nous exigeons dès lors une consultation urgente avec la Ministre Galant », concluent-elles.

 

Source: CP Navetteurs.be/TreinTramBus/Test-Achats - 16/09/2015

   

Mod News

 

   


" Durable ensemble ! "

Vous jonglez entre les différents modes de transports pour vous déplacer ?

Dans le cadre de la semaine de la mobilité et du développement durable, le SPF organise un grand concours photo sur ce thème.

Pour participer, envoyez vos plus beaux clichés à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Premier prix : un chèque voyage SNCB d’une valeur de 250 euros échangeable dans toutes les gares belges.

Deuxième prix : Un rail pass 10 voyages pour l’ensemble de la Belgique

 

Source: SPF Mobilité & Transports - 15/09/2015

   

Mod News

 

   

La SNCB a dressé un total de plus de 531.000 constats d'irrégularité à des clients fraudeurs en 2014. Ces amendes lui ont permis de récupérer environ 5 millions d'euros, selon le journal L'Echo, qui se base sur le rapport clientèle de l'opérateur ferroviaire. L'an dernier, près de 9.000 constats d'irrégularité (C170) ont été délivrés à des navetteurs voyageant en première classe sans titre de transport ou avec un billet de deuxième classe et plus de 522.000 autres C170 ont sanctionné des usagers pris en flagrant délit d'irrégularité en deuxième classe (sans titre de transport ou avec une carte non valable).

L'usager qui monte à bord sans titre de transport valable peut payer immédiatement le prix du billet majoré de 7 euros ou payer plus tard par virement (prix du billet et amende de 75 euros).

 

Source: LaLibre.be - 11/09/2015

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online