Nous avons 99 visiteurs en ligne

Mod News

 

   

Railtime : arrêt de l'application le 17 avril 2015

www.sncb.be remplacera officiellement www.railtime.be à partir du vendredi 17 avril 2015, de même que l'App SNCB remplacera l'App Railtime.

Impossible de rechercher un retard dans le passé

Du côté des usagers, cette suppression de Railtime est très loin de faire l'unanimité et suscite plutôt colère et incompréhension. En effet, outre les changements d'habitudes, certains mettent en avant la disparition d'une fonction-clé permettant la recherche d'informations dans le passé concernant les retards en vue de compléter les demandes de compensation.

La SNCB renvoie toutefois vers son site Web et le lien attestation de retard, peu pratique alors que l'utilisateur utilise une App censée lui simplifier la vie ... certains voient dans cette manoeuvre une volonté de compliquer encore un peu plus les demandes de compensation.

Manque de fiabilité de l'application SNCB

Les usagers mettent également en lumière toute une série d'incohérences et dénoncent le manque de fiabilité de cette application. Pour illustrer cela, Philippe nous a fait parvenir quelques cas concrets illustrés par des copies d'écran et photos, nous le remercions pour sa contribution et avons choisi de vous présenter un de ces cas vécus.



12 mars 2015 : le train 8445 entre en gare de Bruxelles-Central, il est affiché comme étant en gare, ensuite, il fait marche arrière (autrement dit est affiché comme n'étant pas en gare) pour ré-entrer en gare avec du retard.


12 mars 2015 : le train 8445 est annoncé par l'app SNCB à 16h51 comme étant à quai à Bruxelles-Central. La photo montre qu'il s'agit d'un autre train.


 

Source: NAVETTEURS.BE - 09/04/2015

   

Mod News

 

   

Extraits du Rapport de la Commission au Conseil et au Parlement Européen
Quatrième rapport sur le suivi de l'évolution du marché ferroviaire


13/06/2014 - Télécharger le rapport complet

et de l'Indice-Prix des Transports par GoEuro
consultable ici

A l'heure où la direction de la SNCB revient sans cesse sur ce que coûte un voyageur, voici quelques tableaux comparatifs permettant d'avoir une idée plus précise en matière de ponctualité, de nombre moyen de voyageurs ou encore de financement du service public en Europe.






 









 

Source: Rapport de la Commission au Conseil et au Parlement Européen du 13/06/2014

   

Mod News

 

   

Préavis de grève du SACT suspendu - Les trains circuleront ces 31/3 et et 1/4

Le Syndicat autonome des conducteurs de trains (SACT), auquel environ un tiers des 3.800 conducteurs de train seraient affiliés, a suspendu le préavis de grève qu'il avait déposé le 2 mars et qui concernait un arrêt de travail de 48 heures entre le mardi 31 mars et le jeudi 2 avril, annonce-t-il vendredi dans un communiqué.

Le SACT affirme vouloir "privilégier toutes les possibilités de dialogue", tant avec la direction de la SNCB qu'avec la ministre de la Mobilité.

"Nous espérons des avancées significatives dans les prochaines semaines en ce qui concerne les revendications des conducteurs de train car, faut-il le rappeler, notre préavis de grève est suspendu, mais pas annulé", ajoute le syndicat.

Le SACT reproche notamment à la direction de la SNCB "l'incohérence du système des primes des conducteurs de train". Il demande aussi "que les carrières de conducteur de train et du personnel de maîtrise instruction traction soient revalorisées dans l'évolution des grades et des barèmes".

 

Source: 7sur7.be - 27/03/2015

   

Mod News

 

   

COMMUNIQUE DE PRESSE
Navetteurs.be / TreinTramBus / IEW / Test-Achats


Le politique est également responsable
des résultats peu satisfaisants de la SNCB

Les voyageurs veulent un plan d’avenir
ambitieux pour le rail


Aujourd’hui, Navetteurs.be, TreinTramBus, Inter-Environnement Wallonie et Test-Achats remettent une note d’évaluation détaillée à propos du plan de transport SNCB au Parlement Fédéral. Celle-ci a été demandée par la Commission Infrastructure qui, après avoir entendu les patrons de la SNCB et Infrabel, souhaitait également connaître le point de vue des associations d’usagers. Selon ces associations, ce plan est une occasion manquée. Elles demandent à la SNCB et au Gouvernement de revoir leur copie pour le Plan Transport 2018 et d’apporter en attendant les modifications nécessaires à l’actuel schéma d’exploitation.

Trois mois après la mise en application du nouveau plan de transport, les plaintes continuent d’affluer. Ceux qui s’attendaient à ce que le chemin de fer fasse un bond en avant ont été déçus. Seules les lignes principales en sortent gagnantes : l’offre de trains entre de villes comme Liège et Bruxelles a été renforcée et mieux répartie, bon nombre de villes sont à présent directement reliées à l’aéroport. D’autres trajets se font à présent avec correspondance. Pas assez de demande ? Certainement pas : selon les chiffres de ventes de la SNCB, en dehors des heures de pointe, Anvers est la destination la plus demandé en gare d’Hasselt ! Cela démontre l’intérêt pour d’autres destinations que Bruxelles. D’autres relations comme Ypres – Bruxelles et Grammont – Ninove – Alost n’existent plus et celui qui souhaite voyager en heures de pointe depuis l’ouest de Gand ne peut plus le faire de manière directe vers Bruxelles.

La SNCB mise uniquement sur les trajets domicile-travail et domicile-école et démontre clairement un manque d’ambition. D’après l’enquête « Verplaatsingsgedrag Vlaanderen », le nombre de déplacements le samedi sont plus nombreux que la plupart des jours en semaine, mais la SNCB n’en tient absolument pas compte et ne propose les weekends et jours fériés que la moitié de l’offre équivalente en semaine. L’offre de trains semble également ignorer l’importance des déplacements dans le but de faire du shopping dans les grandes villes. La SNCB ne semble pas s’intéresser davantage aux  déplacements pour de motifs de loisirs : cela se traduit pas la suppression de nombreux trains en soirée dans l’ensemble du pays.
 
La cause de cette faible ambition se situe sans doute au sein des gouvernements fédéraux successifs : il n’y a pas d’enveloppe budgétaire pour des trains supplémentaires, ce qui signifie que les trains supplémentaires ajoutés vers l’aéroport ont entraîné des suppressions de trains ailleurs. Plus grave encore : la SNCB va devoir faire face à au moins 20% d’économies dans les prochaines années. Les voyageurs s’attendent dès lors au pire concernant l’offre. Même les investissements indispensables tels que l’achat de matériel roulant ou la rénovation de gares comme Vilvorde ou  Ottignies vont devoir être mis en attente. Les trains suburbains fréquents autour de Bruxelles (RER) restent un rêve lointain, presque inatteignable pour les autres grandes villes qui voudraient pouvoir compter sur le rail pour desservir leurs agglomérations.  Et cela pendant que les voitures de société restent subsidiées à hauteur de 4 milliards d’euros par an. Cette politique fédérale de mobilité doit changer !

Le trafic international est lui aussi à la traîne : rejoindre des villes transfrontalières importantes comme Maastricht ou Aachen ne peut actuellement se faire que via des trains omnibus. Des villes comme Breda, Weert, Maubeuge, Valenciennes et Dunkerque restent difficilement accessibles en train, alors que l’infrastructure ferroviaire existe ou pourrait être remise en service moyennant un coût limité.

Egalement au niveau de l’offre existante il y a un manque de cohérence et de lisibilité : la catégorie « train IC » devrait être un label de qualité, il n’en est rien.  La différence entre train IC et omnibus n’est pas toujours visible : entre Dinant et Namur les trains IC et les omnibus s’arrêtent partout. Comprenne qui pourra !

Enfin, les trains sont de plus en plus lents, ce qui est difficilement compréhensible pour les usagers.  Les temps de parcours en heures creuses sont trop longs, ce qui oblige les trains à patienter plusieurs minutes aux arrêts.  Le trajet le plus lent durant la pointe devient la norme du service pour toute la journée.  Cela nuit particulièrement aux investissements dans des lignes à grande vitesse. La SNCB espère ainsi améliorer la ponctualité, mais sur base de quelques, ne semble pas y parvenir : le train IC Essen – Bruxelles n’atteint que 77 % de ponctualité à destination si l’on tient compte des trains supprimés. En considérant les retards intermédiaires, la ponctualité descend alors à 65 %. La SNCB  ne s’attaque pas pour autant aux causes structurelles des piètres performances en la matière  comme la problématique du matériel roulant ou le renouvellement indispensable de l'infrastructure (caténaires, voies de signalisation, …).

Les associations de voyageurs demandent donc des améliorations fondamentales, tant pour ce qui concerne les marges de manœuvre encore existantes pour ce Plan de Transport 2015 que pour la préparation du Plan de Transport 2018.  Elles formulent des propositions concrètes en ce sens.


Le document complet peut être téléchargé ICI (pdf)


 

Source: Navetteurs.be / TreinTramBus / Test-Achats / IEW - 20/03/2015

   

Mod News

 

   

Arrêt de travail national de 48 heures du mardi 31 mars à 03h00 au jeudi 2 avril à 03h00

D'importantes perturbations sont à prévoir et il est conseillé de trouver une alternative
lorsque cela est possible ou, à défaut, de s'armer de patience


Le Syndicat autonome des conducteurs de train (SACT), auquel environ un tiers des 3.800 conducteurs de train seraient affiliés, a déposé hier/lundi un préavis de grève nationale pour la période allant du 31 mars au 2 avril, indique un communiqué du syndicat.

Le SACT reproche notamment à la direction de la SNCB -différend qui avait déjà mené à des actions en décembre dernier- "l'incohérence du système des primes" des conducteurs de train. L'organisation syndicale demande également que les carrières de conducteur de train et du personnel de maîtrise instruction traction soient revalorisées dans l'évolution des grades et des barèmes.

Les affiliés du SACT avaient mené une action de grève le 11 décembre dernier. "Depuis lors, rien n'a changé", explique Arthur Mercier, président du syndicat. "Nous avons rencontré la direction lors d'une réunion de conciliation fin janvier et nous devions nous revoir fin février pour négocier mais nous n'avons pas été invités". Le syndicat estime donc "qu'il n'y aucune volonté de la part des directions HR-Rail et Transport de se diriger vers un dialogue positif et constructif en ce qui concerne nos revendications".



 

Source: 7sur7.be - 03/03/2015

   

Mod News

 

   

© Photo bernard Libert - Sudpresse

SNCF ET LA SNCB ADAPTENT LEUR OFFRE DE TRANSPORT

Depuis le 16 février, la circulation des trains entre Lille et Tournai est perturbée en raison d’interférences électriques affectant les trains au niveau de Baisieux-Frontière.
Afin d’assurer le transport quotidien de la clientèle empruntant cet axe, SNCF et la SNCB se mobilisent et adaptent leur offre de transport entre Lille et Tournai.

INVESTIGATIONS EN COURS

Des interférences électriques sur le secteur de Baisieux-frontière occasionnent des anomalies sur l’équipement électrique des trains de la SNCB. Par conséquent, et jusqu’à nouvel ordre, l’entreprise ferroviaire belge a suspendu la circulation de son matériel sur l’axe concerné Lille-Tournai.
Les équipes SNCF Mobilité, SNCF Réseau, SNCB et Infrabel sont conjointement mobilisées pour résoudre ce problème technique dans les meilleurs délais.

SNCF ET LA SNCB ADAPTENT LEUR OFFRE

Afin de limiter l’impact pour leurs clients, SNCF et la SNCB se mobilisent et adaptent leur offre de transport sur l’axe Lille-Tournai. 16 circulations TER restent assurées en train diesel SNCF (matériel SNCF non concerné par l’anomalie électrique), et des bus de substitution sont mis en place par SNCB



SNCF et la SNCB rappellent qu’il est également possible d’utiliser les lignes Lille <> Mouscron puis Mouscron <> Tournai.
Les sociétés déplorent les désagréments que cette perturbation génère pour leur clientèle et mettent tout en oeuvre pour solutionner ce problème. Dans ce délai, il est conseillé à chaque voyageur de s’informer spécifiquement et en amont sur ses déplacements entre Lille et Tournai.

 

Source: CP SNCF/SNCB - 02/03/2015

   

Mod News

 

   

COMMUNIQUE DE PRESSE CGSP-Cheminots Charleroi

Procédure de préavis de grève


La CGSP cheminots de Charleroi constate une fois de plus les économies sur le personnel  et sur la sécurité.

En plus d’un nouveau plan de transport décrié par les navetteurs ET les cheminots, les gares ferment par souci d’économie suite au Manque d’effectif !

Sans oublier les menaces de privatisation d’une partie des activités dont le nettoyage des gares ou le transport du courrier interne…

La gare de Tamines – Gare IC de + de 3000 voyageurs – ne comportera plus de service d’accueil et d’information aux voyageurs dès le 1er mars. (-> fermeture définitive ?)

C’est pourquoi la CGSP Charleroi a déposé une procédure de préavis de grève à HR-Rail pour débuter au plus vite une conciliation.

En cas de conciliation négative, des perturbations du trafic ferroviaire sont à craindre pour le mois de mars.

Les secrétaires permanents
                 
Pestieau V                              Itri G


 

Source: CP CGSP-Cheminots Charleroi - 24/02/2015

   

Mod News

 

   

COMMUNIQUE DE PRESSE

Navetteurs.be participe à l’action « Le train, c’est capital ! »
de manière indépendante et apolitique


L’association de voyageurs NAVETTEURS.BE confirme qu’elle participera à l’action « Le train, c’est capital ! » à laquelle participeront également ses collègues de l’association « Amis du Rail Halanzy ». Des représentants de l’association seront notamment présents au départ d’Arlon et de Mouscron.

Elle tient à rappeler que sa participation se fait dans un contexte purement « apolitique », conformément à ses statuts et dans l’unique but de défendre les usagers et membres qu’elle représente.

Elle regrette que l’action soit abandonnée par certaines organisations pour des raisons qui leur sont propres et justifiées. Elle n’a toutefois ni à juger, ni à commenter cette prise de position. Elle espère en tout cas que cette action soit menée dans le but unique d’améliorer tant le quotidien des usagers que celui des travailleurs du rail et sans aucune volonté de récupération politique ou autre.

L’association estime enfin que si des « erreurs » ont été commises dans la mise en place de l’action ou dans la consultation des acteurs qui y participent ou qui y participaient au départ, il sera nécessaire d’en discuter après le déroulement de celle-ci.

 

Source: CP - 19/02/2015

   

Mod News

 

   

Photo Belga

Après des années de discussions, la première étape concrète vient d’être franchie dans la mise en place d’un service minimum sur le rail. En toute discrétion, un groupe de travail technique de la SNCB et d’Infrabel étudie actuellement quel trafic ferroviaire pourrait être garanti en cas de grève, selon des informations de la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant relayées par De Standaard.

À ce stade, il s’agit surtout de calculs préliminaires, indique-t-on prudemment. Il n’y a encore aucun plan sur la table.

Une communication qui ne fait cependant pas le bonheur des syndicats, qui s’opposent depuis plusieurs années à un tel service minimum. La CSC se dit mécontente car l’accord de gouvernement avait promis des négociations préalables avec les partenaires sociaux. La CGSP estime, quant à elle, que cette concertation sociale doit avoir lieu avant que des décisions ne soient prises. Un avis que partage le cabinet de la ministre Galant.

 

Source: LeSoir.be - 20/02/2015

   

Mod News

 

   

Les navetteurs montois étaient une centaine pour la rencontre planifiée depuis quelques semaines et des doléances, ils en avaient à la pelle. Les trains qui partent en retard quand ils ne sont supprimés, les correspondances qui ne marchent pas et les parkings bondés. Voilà en somme tout ce qui coince, et qui ne s'est pas amélioré loin de là depuis le 14 décembre, depuis l'entrée en vigueur du nouveau plan de transport.

La ministre de la mobilité avait donc convié les navetteurs qui s'étaient adressés à elle il y a quelques semaines. Sabine Cornez prend le train à Frameries : "Je dois partir à 6H00 si je veux un direct vers Bruxelles et ce n'est plus possible de conduire ma fille à l'école. Le soir je rentre à 19H45 et donc ma fille a dû abandonner son club de sport, je ne parvenais plus à rentrer à temps pour aller la chercher. Je suis physiquement épuisée et je me demande si je ne vais pas devoir choisir entre ma famille et mon travail".

Pour écouter ces navetteurs, Jacqueline Galant avait fait appel à un horairiste de la SNCB et à un cadre de l'entreprise. Ils ont reconnu que la ligne Mons-BXL était une ligne malade de la SNCB et ont tenté d'en expliquer les raisons. Notamment les travaux de la nouvelle gare qui limitent le nombre de voies à Mons et compliquent l'organisation.

Ces explications, les navetteurs excédés n'en avaient rien à faire et souhaitaient surtout entendre parler de solution. "On s'entête à n'avancer que dans un sens, j'ai l'impression de me retrouver face à un enfant de 3 ans, qui emboite des formes géométriques dans des formes qui ne correspondent pas et on s'entête, on enfonce pour que ça rentre" explique Charles Huon qui prend le train habituellement à Quevy.

Jacqueline Galant, de son côté réfute un dialogue de sourd. La ministre MR explique qu'elle a entendu les doléances des navetteurs et "un groupe de travail est en place, des changements sont apportés, et c'est prouvé par les chiffres la situation- en matière de ponctualité- s'améliore depuis une semaine, ce groupe de travail est aussi déjà en train de plancher sur le plan de transport de 2017".

Gianni Tabbone de l'association navetteurs.be, était présent lui aussi en tant qu'observateur et il constate que des avancées sont en cours "contrairement à ce qui a été dit par le passé, par l'administrateur de la SNCB, certains problèmes ont été identifiés, on travaille déjà à des solutions, et on y travaille déjà depuis deux semaines. Tout n'est pas résolu, mais il faut laisser le temps à ce nouveau plan de se mettre en place et surtout réfléchir à plus long terme."

Les navetteurs eux n'étaient pas convaincus, et restaient sur une impression négative. "Clairement, je prie tous les saints pour ne plus devoir prendre le train. Ca fait 7 ans que je le prends et je n'aspire plus qu'à une chose, une mutation à Mons, pour ne plus devoir prendre le train."

 

Source: RTBF.be - 13/02/2015

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online