Nous avons 73 visiteurs en ligne

Mod News

 

   

Communiqué de presse PS-cdH
 
La Wallonie se mobilise contre le Plan de Transport de la SNCB
 
Gare d’Arlon: Le train à destination de Bruxelles midi partira à 8h32 ce lundi 23 février, quai 5. “Attention changement de voie, pour les usagers de troisième classe, changement de voie, le départ se fera en bout de quai. “ 

Les partis cdH, PS, Ecolo et FDF de la Province du Luxembourg réagissent d’une seule VOIX et dans une seule VOIE au Plan Pluriannuel d’investissement 2013-2025 de la SNCB.

En effet, le plan de transport 2014-2017 ne répond en aucun cas aux attentes des citoyens de la Province de Luxembourg. L’argumentation présentée : adaptation des horaires, réduction des amplitudes, diminution du nombre de trains, au bénéfice du plus grand nombre, ne prend pas du tout en compte les spécificités rurales de la Province.

La plupart de leur revendications et suggestions n’ayant pas été suffisamment entendue, et constatant qu’aucune amélioration significative n’a été apportée à leur situation, les usagers du rail ont déposé une liste de propositions et de revendications, énoncées comme suit dans une motion de défiance déposée par « les Forces vives  de la Province de Luxembourg, représentées par les Partis Politiques présents au Conseil Provincial et de la Conférence Luxembourgeoise des Elus, les partenaires sociaux et les associations d’usagers du rail ». Le texte est cosigné par Dimitri FOURNY et Isabelle PONCELET (cdH), Philippe COURARD et Sébastien PIRLOT (PS), Cécile THIBAUT et Romain GAUDRON (Ecolo) et Jonathan MARTIN et Quentin VAN GANSBERGHE (FDF):

1.   Possibilité de monter dans les trains qui circulent à vide

2.   Transport scolaire : surveillance des enfants sur les quais et dans les trains, maintien de l’offre de transport pour les enfants et les étudiants qui se rendent à l’école, et pour les usagers qui se rendent sur leur lieu de travail

3.   Heure de pointe et amplitude horaire : Il n’y a plus d’adéquation entre l’offre de transport proposée et la demande des usagers. De plus, la réduction de l’amplitude horaire sur certaines lignes en soirée ne permet plus l’accès par certains aux cours organisés en soirée ou aux activités culturelles.

4.   Maintien indispensable des lignes 161 et 162 au statut international et modernisation des lignes

5.   Au sein de la SNCB, disposer d’interlocuteurs « ressource » afin d’associer la SNCB (ainsi que la SRWT et les TEC) aux réflexions sur l’avenir de la Mobilité en milieu rural.

6.   Etre associé à toute évaluation, étude et analyse du Plan de Transport dans un délai court.

7.   Permettre la réalisation d’une étude relative à un projet pilote de transport léger adapté à la ruralité, à savoir la création d’une boucle Libramont-Bertrix – Virton – Athus – Arlon – Libramont.

8.   Connection du TCA Athus à Mont-Saint-Martin

9.   Accélérer la réflexion sur le projet de gare multimodale de Stockem qui résoudrait partiellement les problèmes liés au transport des travailleurs transfrontaliers.

Aujourd'hui, c'est une priorité! Les élus de la Province du Luxembourg souhaitent rouvrir le débat sur la nécessité de présenter des solutions spécifiques et particulières aux problèmes spécifiques et particuliers de leur population rurale.

Singulièrement, les particularités propres à la Province du Luxembourg, leur spécificité, leur ruralité, la faiblesse de leur densité de population et du réseau ferroviaire ne doivent pas faire de leurs citoyens des usagers du rail de « troisième classe », ayant droit à un service inférieur à celui rendu dans les autres provinces. Ils ne doivent pas bénéficier de traitement différencié et dévalorisé en fonction de leur localisation géographique. Ces mêmes citoyens sont très largement pénalisés à partir du moment où la logique SNCB est purement économique.

Face aux faibles réponses à leurs préoccupations, les intervenants de la Province de Luxembourg et les partenaires sociaux exigent une révision du Contrat de Gestion de la SNCB pour que le maintien d’une offre de services décente en milieu rural.

Afin de faire entendre leur voix à la Ministre Jacqueline GALANT et au CEO de la SNCB Jo CORNU, Dimitri FOURNY, ainsi que les députés et représentants des Partis cdH, PS, Ecolo et FDF, invitent l’ensemble des usagers wallons à monter dans le train qui partira d’Arlon à 8h32 le lundi 23 février pour rejoindre la capitale.

D’autres points de rendez-vous seront prévus à travers l’ensemble de la Wallonie, sur la ligne 162 (9h03 à Libramont, 9h31 à Marloie, 10h14 à Namur) et ailleurs (Mons, Mouscron, Louvain-la-Neuve et Liège) afin de porter les revendications des usagers du rail au siège de la SNCB, avec le soutien des syndicats et de navetteurs.be.

Pour les élus PS, cdH, Ecolo et FDF: « Ce plan de transport enterre les zones rurales de Wallonie. Notre Région était déjà notoirement le parent pauvre des politiques ferroviaires. Elle risque fort, si nous ne faisons rien, d’être encore plus gravement négligée dans le contexte politique que nous connaissons désormais, Le maintien d'un service public de qualité et accessible à tous est l'une de nos priorités principales. A l'heure où l'on doit tout faire pour favoriser les transports en commun, il est indispensable de maintenir, voire de développer le réseau ferré, et particulièrement dans les zones rurales.».

 

Source: CP PS / cdH - 06/02/2015

   

Mod News

 

   

Jo Cornu, le CEO de la SNCB, a estimé mercredi devant la commission Infrastructures de la Chambre que le lancement du nouveau plan de transport de l'opérateur ferroviaire, effectué le 14 décembre dernier, s'est effectuée de manière "globalement positive".

Petite compilation des articles sur le sujet






 

Source: Presse - 04/02/2015

   

Mod News

 

   

Les associations Test-Achats, TreinTramBus et Navetteurs.be ont remis lundi en début d'après-midi à la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, une pétition plaidant pour une procédure d'indemnisation simplifiée en cas de grèves, retards et annulations.

La pétition a été lancée début décembre, après plusieurs journées de grèves provinciales qui ont directement touché le trafic ferroviaire. Pour le jour de la grève nationale du 15 décembre, la SNCB n'accordera aucune compensation.

Quelque 8.500 signatures ont été collectées. Les associations ont qualifié leur entrevue de lundi avec la ministre de "positive et constructive". Elles estiment que les voyageurs lésés par des retards et suppressions de train ont le droit d'être dédommagés et que la procédure d'indemnisation est trop complexe à leurs yeux.

La ministre Galant s'est déclarée "favorable et sensible aux revendications" des associations au sujet d'une simplification de la procédure. Un cahier de revendications a été remis à la ministre et ses représentants.

Pour la question de la compensation, les organisations ont sollicité une entrevue avec les représentants de la SNCB.

Enfin, elles ont encouragé la ministre à revoir la taxe de 7 euros imposée par l'opérateur ferroviaire depuis le 1er février aux voyageurs ne disposant pas de titre de transport valable et devant acheter leur ticket à bord.

 

Source: LeVif.be - 02/02/2015

   

Mod News

 

   



COMMUNIQUE DE PRESSE


Résultats de l’enquête de satisfaction plan de transport SNCB
Temps de parcours allongés de 12 % en moyenne


Navetteurs.be, TreinTramBus et Test-Achats ont questionné environ 7.000 voyageurs à propos du nouveau plan de transport. Les participants sont majoritairement insatisfaits. Fait marquant : les temps de parcours sont allongés de 12 % en moyenne par rapport aux précédents horaires.

En décembre, la SNCB a lancé son nouveau plan de transport. Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus s’attendaient à cette tendance « négative », ce sont à présent les voyageurs qui le confirment en ayant récemment eu la possibilité de donner leur avis à propos de ce nouveau plan. 6.911 usagers de la SNCB ont répondu à l’enquête.


Qui a répondu à cette enquête ?
  • la majorité des participants (89 %) effectue des déplacements « domicile – travail » ;
  • 6 % effectuent des déplacements « domicile – école » ;
  • 5 % effectuent des déplacements « loisirs » ;
  • les participants proviennent de toutes les régions du pays ;
  • 68 % des déplacements enregistrés se font vers Bruxelles ;
  • 37 % des trajets enregistrés se font avec au moins une correspondance.
Un fait marquant est que le voyageur moyen voit son temps de parcours allongé de 12 % par rapport à l’ancien plan. Le temps de trajet moyen des 7.000 participants est de 48 minutes. Sur ce trajet moyen de 48 minutes, un navetteur passe par jour (aller/retour) 11 minutes de plus en chemin. Le navetteur quotidien passe dès lors et sur base annuelle, 36 heures de plus, soit l’équivalent d’une semaine de travail en chemin. Ce calcul est effectué sur base des horaires théoriques et sans tenir compte des retards.

La qualité du service ne semble pas s’améliorer non plus : 70 % estiment subir plus de retards et 64 % estiment devoir voyager plus souvent debout. Dans ces conditions il n’est dès lors pas surprenant que les voyageurs soient insatisfaits: pour 86 % des participants, la situation s’est dégradée, voire nettement dégradée depuis la mise en place de ce nouveau plan. Ce sont bon nombre de clients mécontents que toute entreprise doit prendre en considération.

Navetteurs.be, TreinTramBus et Test-Achats demandent dès lors à la SNCB et à Infrabel d’agir le plus rapidement possible en effectuant encore cette année des ajustements au niveau du plan transport.

Résultats enquête 'Plan de Transport SNCB' – Mois de janvier 2015

1.    Résultats globaux
  • 6.927 réponses (FR : 4.689 – NL : 2.238)
  • 68 % de navetteurs vers Bruxelles
Types de trajets
  • 89 % de trajets domicile-travail
  • 6 % de trajets domicile-école
  • 5 % de trajets loisirs
Avis des participants
  • 7 % estiment que c’est mieux
  • 7 % estiment qu’il n’y a pas de changement
  • 86 % estiment que c’est pire
Retards
  • 70 % estiment qu’ils ont augmenté
  • 27 % ne voient pas de changement
  • 3 % estiment qu’ils ont diminué
Nombre de places assises
  • 6 % estiment qu’elles ont augmenté
  • 30 % estiment qu’il n’y a pas de changement
  • 64 % estiment qu’elles ont diminué

2.    Analyse des résultats côté francophone

2.1.    Trajets


 
2.2.    But des trajets
  • 94 % de trajets domicile – travail
  • 5 % de trajets domicile – école
  • 1 % de trajets loisirs
En globalisant les arrivées dans les gares bruxelloises, nous constatons que 76 % des participants font la navette domicile-travail vers Bruxelles. Les retours au départ des gares bruxelloises ne sont pas aussi marqués du fait que beaucoup de participants n’ont rempli que leur trajet « aller » et pas le « retour ».

2.3.    Correspondances
  • 69 % des trajets recensés se font sans correspondance, dont 14 % avaient une correspondance avant
  • 31 % des trajets recensés se font avec au moins 1 correspondance, dont 8 % n’en n’avaient pas avant


3.    Avis des participants


« Le nouveau plan de transport représente pour vous » :
  • Une nette amélioration : 1,64 %
  • Une amélioration : 5,41 %
  • Aucun changement : 6,33 %
  • Une dégradation : 32,39 %
  • Une nette dégradation : 54,23 %
Globalement : 7 % mieux – 6 % pas de changement – 87 % pire

« Selon vous, y a-t-il plus ou moins de retards avec le nouveau plan ? » :
  • Plus : 75,41 %
  • Pas de changement : 21,95 %
  • Moins : 2,64 %
« Selon vous, y a-t-il plus ou moins de places assise disponibles avec le nouveau plan ? » :
  • Plus : 7,99 %
  • Pas de changement : 31,45 %
  • Moins : 60,56 %

4.    Améliorations et dégradations

Top 5 des améliorations
  • 76,77 % des participants ayant émis un avis positif constatent une amélioration
  • 23,23 % des participants ayant émis un avis positif constatent une nette amélioration
  • 62,61 % des participants ayant émis un avis négatif constatent une nette dégradation
  • 37,39 % des participants ayant émis un avis négatif constatent une dégradation

Deuxième enquête | Version détaillée

Notre deuxième enquête détaillée est en ligne, vous pouvez la remplir ICI

 

Source: Enquête Navetteurs.be / TreinTramBus / Test-Achats - 03/02/2015

   

Mod News

 

   


1. Qu'est-ce que le 'Tarif à bord' ?

Un billet acheté à bord du train plutôt que via un des multiples canaux de vente que la SNCB propose, engendre un coût supplémentaire de € 7.  Ce supplément ‘Tarif à bord’ obligatoire ne peut pas être annulé par l’accompagnateur de train.

2. Devez-vous toujours prévenir l’accompagnateur de train si vous n’avez pas de titre de transport ?

Le principe qui consistait à prévenir l’accompagnateur de train avant d’embarquer, n’existe plus.

3. Quels sont les changements pour un voyageur occasionnel ?

Si le voyageur occasionnel embarque sans titre de transport valable :
  • Achat d’un billet au prix ‘Tarif à bord’ (prix du billet + € 7) et poursuite du voyage;
  • Pas d’achat de billet au prix ‘Tarif à bord’ pour quelle que soit la raison, l’accompagnateur doit dresser un constat d’irrégularité (€ 75). Possibilité de s'adresser au Service clientèle pour faire valoir des raisons légales à propos de l'mpossibilité d'avoir pu se procurer un titre de transport ou un billet au prix 'Tarif à bord'.
4. Quels sont les changements pour un abonné ?

Voyager sans abonnement valable : comme tous les voyageurs sans titre de transport valable, achat d’un billet au prix ‘Tarif à bord’ (prix du billet + € 7).

Oubli de votre abonnement :
  • Achat d’un billet au prix ‘Tarif à bord’ (prix du billet + € 7) et vous vous présentez au guichet de votre choix, dans les 14 jours calendrier (date des faits comprise) muni de votre abonnement valable le jour des faits  et de votre billet au prix ‘Tarif à bord’. Ce billet vous sera intégralement remboursé.
  • Pas d’achat de billet au prix ‘Tarif à bord’ pour quelle que soit la raison, l’accompagnateur doit dresser un constat d’irrégularité (€ 75). Vous devez  vous présenter au guichet de votre choix, dans les 14 jours calendrier (date des faits comprise) muni de votre abonnement valable le jour des faits  et votre constat d’irrégularité. Celui-ci sera annulé ainsi que l’amende de € 75. Seuls les frais d’administration (€ 8) restent à votre charge.
5. Quelles sont les exceptions au supplément 'Tarif à bord' ?

Le supplément de € 7 ne sera pas compté pour :
  • Produits indisponibles dans les automates de vente ;
  • Embarquement depuis un point d’arrêt sans guichet ou sans automate ;
  • Embarquement depuis un point d’arrêt où le système de vente de l’accompagnateur indique que l’automate de vente est hors service ;
  • En cas de panne générale du système ;
  • Redevance Diabolo pour Bruxelles-National-Aéroport.

Les associations de voyageurs sont opposées au 'Tarif à bord' et demandent plus de contrôles plutôt qu'une augmentation des prix des billets pour lutter contre la fraude. 94 % de voyageurs honnêtes doivent payer pour 6 % de fraudeurs !


Notre communiqué de presse du 19/11/2014 est consultable ICI

 

Source: sncb.be

   

Mod News

 

   


Photo d'illustration

Le bureau exécutif national de la CGSP-Cheminots a donné mandat à son secrétariat national pour que celui-ci mette en place, dans les prochains jours, un nouveau plan d'actions "visant à combattre toutes les agressions purement idéologiques de ce gouvernement de droite sous influence", a indiqué vendredi le syndicat socialiste.

La CGSP dénonce particulièrement la proposition de loi de la députée N-VA Valérie Van Peel qui tend à supprimer RailCare, la mutuelle des cheminots et de leurs familles. "Et le service des pensions serait également dans le collimateur", poursuit la CGSP. "Le bureau exécutif national de la CGSP-ACOD - qui s'est réuni hier/jeudi, ndlr - constate que ce gouvernement n'a qu'un objectif affiché: détruire le statut des cheminots et mettre à mal HR-RAIL, responsable du dialogue social au sein des chemins de fer belges", ajoute le syndicat qui a dès lors décidé de repasser à l'action.

"Cela ne signifie pas forcément que des grèves seront organisées, même si cela fait partie des possibilités", indique toutefois Jean-Pierre Goossens, le président de l'aile flamande de la CGSP-Cheminots. "Nous sommes une organisation responsable. Nous n'utiliserons pas notre pouvoir à mauvais escient", assure-t-il encore en soulignant que le plan d'actions, qui devrait être détaillé la semaine prochaine, est préparé en front commun syndical.

Nomalement, il n'y aurait pas de grève prévue avant le mois de février, l'introduction d'un préavis de grève prend quelques jours.

De son côté, le Comité permanent du groupe Cheminots du SLFP exige "de ce gouvernement le retrait pur et simple du projet de loi de la N-VA". "Ce projet de loi sonne le début du démantèlement de notre société HR-Rail issue de la toute récente réforme du groupe SNCB avec à la clé la perte de nombreux emplois", constate le SLFP. "Ceci est un très mauvais signal pour la relance du dialogue social et qui de plus donne tort aux différentes déclarations de ce gouvernement qui insistaient sur le fait que les économies ne seraient pas réalisées sur le dos du personnel", ajoute-t-il en assurant qu'il restera attentif à l'évolution de ce dossier et qu'il "ripostera de manière forte si besoin est."

 

Source: RTLinfo.be - 23/01/15

   

Mod News

 

   

    



COMMUNIQUE DE PRESSE


Moins de 50% des trajets en train contrôlés

Les voyageurs demandent plus de contrôles plutôt qu’une augmentation des prix

Selon une enquête réalisée sur 436  voyages, il apparait que seuls 44 % des voyageurs ont dû présenter leur billet ou leur abonnement durant leurs trajets. Les associations de voyageurs Navetteurs.be et TreinTramBus demandent plus de contrôles. Ce qui constituerait une alternative plus efficace que la surtaxe de 7 € en cas d’achat d’un billet dans le train.

Trop de voyageurs embarquent dans le train sans titre de transport valable dans le but de frauder. Pour tenter d’enrayer ce type de fraude, la SNCB appliquera dès le 1er février une surtaxe de 7 € en cas d’achat d’un billet dans le train. « Les voyageurs qui souhaitent acheter leur billet auprès de l’accompagnateur ne sont pas tous des fraudeurs », estiment Navetteurs.be et TreinTramBus. « Fermeture inattendue des guichets, trop peu d’automates, trop de file à l’automate, automate en panne, retard d’une correspondance de train ou de bus… : il y a une multitude de raisons légitimes d’embarquer sans titre de transport et de l’acquérir auprès de l’accompagnateur. Ces personnes seront dorénavant traitées sur le même pied d’égalité que les fraudeurs. Cela ne fera qu’entraîner une hausse des conflits, voire d’agressions dans les trains ».

« Si les voyageurs sont tentés d’embarquer sans ticket dans le but de frauder, cela provient du manque de contrôles », estiment les associations de voyageurs. « Pour lutter contre cela nous demandons un renforcement des contrôles à bord des trains. Lors de notre récente enquête, il est apparu que sur 436  trajets durant le mois de janvier seuls 44 % de ceux-ci ont fait l’objet d’un contrôle et que sur des trajets “courts” de moins de 15 minutes le taux de contrôle s’élevait à peine à 27 % ». Pour les trajets au départ ou à destination de Bruxelles, les voyageurs n’ont dû présenter leur titre de transport qu’une fois sur trois.

Navetteurs.be et TreinTramBus demandent à la SNCB la mise en place d’un plan d’action afin de renforcer les contrôles à bord des trains, en augmentant également les effectifs affectés à ces missions spécifiques. Cela devrait permettre de faire diminuer la fraude et le nombre d’agressions à bord des trains. En outre, il est également important que les accompagnateurs puissent rester disponibles pour donner les informations aux voyageurs ou les aider à pouvoir bénéficier de leurs correspondances.

En fonction des heures
  • Heures de pointe : 107 contrôles sur 255 trajets, soit 42 %
  • Heures creuses : 75 contrôles sur 155 trajets, soit 48 %
En fonction de la durée du trajet
  • Trajets "courts" (max. 15') : 14 contrôles sur 52 trajets, soit 27 %
  • Trajets "moyens" : 146 contrôles sur 327 trajets, soit 45 %
  • Trajets "longs" : 33 contrôles sur 57 trajets, soit 57 %
Trajets de/vers Bruxelles
  • 78 contrôles sur 242 trajets, soit 33 %

 

Source: Communiqué Navetteurs.be / TreinTramBus - 23/01/15

   

Mod News

 

   

À partir du 1er février, le "Tarif à Bord" entrera en vigueur. Ceci concerne l’ensemble des voyageurs: occasionnels et abonnés.

Acheter un billet dans le train, plutôt qu’aux nombreux autres canaux de vente que la SNCB met à votre disposition, coûtera automatiquement € 7 de plus. Ceci est un supplément de bord que l’accompagnateur ne peut pas annuler.

Pourquoi un tarif à Bord ?

La raison d’être du "Tarif à Bord" provient de notre volonté de simplifier les règles de vente à bord des trains. En effet, celles-ci sont assez compliquées, sujettes à interprétation et leur application peut mener à des situations embarrassantes, voire trop souvent conflictuelles.

Qu’est-ce qui change pour les voyageurs occasionnels ?

  • Si vous voyagez avec un titre de transport valable: pour vous, rien ne change.
  • Si vous voyagez sans titre de transport valable:
    • Vous achetez, un billet au Tarif à Bord (prix du billet + € 7) et vous continuez votre voyage;
    • Vous n’achetez pas de billet au Tarif à Bord, pour quelque raison que ce soit. L’accompagnateur sera alors obligé de dresser un constat d’irrégularité (coût: € 75). Vous pourrez toujours recourir au Service Clientèle si vous estimez que des raisons légitimes vous ont empêché de présenter un titre de transport valable ou d’acquérir un billet au Tarif à Bord.
Qu’est-ce qui change pour les abonnés ?

  • Si vous voyagez avec un abonnement valable: pour vous, rien ne change.
  • Si vous voyagez avec un abonnement périmé: il vous faudra, comme tout autre voyageur sans titre de transport valable, acheter un billet au Tarif à Bord (prix du billet + € 7).
  • Si vous avez oublié votre abonnement:
    • vous achetez un billet au Tarif à Bord (prix du billet + € 7). Vous vous rendez dans les 14 jours calendrier (date de l’oubli comprise) au guichet de votre choix avec le billet acheté à bord ainsi que votre abonnement valable le jour de l’oubli. Vous serez alors remboursé en totalité.
    • si vous n’achetez pas de billet au Tarif à Bord (prix du billet + € 7), pour quelque raison que ce soit, l’accompagnateur dressera un constat d’irrégularité (coût: € 75). Rendez-vous alors, endéans les 14 jours calendrier (date de l’oubli), au guichet de votre choix avec le constat d’irrégularité ainsi que votre abonnement valable le jour du constat. Le constat d’irrégularité sera clôturé. Vous ne paierez pas les € 75. Mais seulement € 8 de frais administratifs.



 

Source: SNCB.be

   

Mod News

 

   

Chère Madame Galant,

Oui, vous avez bien lu : LA SNCB ME VOLE MA VIE.

Tous les jours, je fais la navette en train entre Mons et Bruxelles.  Et ce depuis 1995.  Au fil des années, j'ai eu le regret de constater qu'au lieu de s'améliorer, les parcours en train devenaient de plus en plus pénibles.  Le temps de parcours n'a cessé d'augmenter et les retards qui devraient être anecdotiques sont devenus notre lot quotidien.  Et je ne parle pas d'un retard de 5 min ... Je parle de retards presque quotidiens de plus de 30 minutes !
On est en pleine régression !  Tout évolue, sauf le rail belge !

Depuis la mise en oeuvre du nouveau plan, la situation est devenue invivable.  Chaque jour, la SNCB et son incompétence me vole plus d'une heure de ma vie, de mon temps que je pourrais consacrer à mes enfants en bas âge.  Je suis fatiguée, stressée et enervée !

Ce nouveau plan a supprimé le seul train direct en direction de Mons.  Maintenant, le parcours est interminable !  C'est sûr, pour vos électeurs de Jurbise, c'est tout bénéfice mais pour les navetteurs de Mons, c'est inadmissible. 

Juste un exemple concret : ce matin, j'ai pris un train à 7h49 à Mons, après avoir déposé mes enfants à la crèche et à l'école.  Je me suis dépêchée, j'ai bousculé mes petits pour être à l'heure sur le quai, le train est bien parti à l'heure (miracle !) mais est arrivé à +/- 9h15 à Bruxelles-Central ! Plus de 30 minutes de retard ! Avec des arrêts, au départ de Mons, à Jurbise, Soignies, Braine-le-Comte, Tubize (et oui ! pas prévu celui-là !) et Hal avant d'arriver à Bruxelles !  Et c'est bien un train IC !
=> ce soir, je devrai rester plus tard au bureau, prendre un train plus tard (qui mettra au minimum 1h avant d'arriver à Mons, s'il n'y a pas de retard... on peut toujours rêver...) et juste embrasser mon garçon de 5 ans et mon bébé de 19 mois avant de les mettre au lit.  Et oui, demain, le (mauvais) train-train quotidien recommencera : réveil à 6h...

Il est temps de prendre ce dossier au sérieux, de demander aux horairistes de la sncb de se rendre compte de la situation (ils pourraient prendre le train par exemple en heure de pointe, tous les jours pendant 6 mois !  Et non pas venir constater pendant les heures creuses que tout va bien... oui j'ai vu le reportage de la RTBF hier et j'ai bien ri !).

Et vous, Madame Galant, vous prenez le train le matin pour vous rendre à Bruxelles ???

Que comptez-vous faire pour que les temps de parcours soient acceptables et pour résorber tous ces retards ?  Ne serait-il pas temps d'admettre que ce nouveau plan est un fiasco total ???

Pour ma part, je pourrai vous faire part chaque jour par mail de mes péripéties du rail, juste pour que vous puissiez avoir une idée concrète de la situation quotidienne...

Merci de m'avoir consacré quelques petites minutes de votre temps, certainement plus précieux que le mien....

Meilleures salutations,

L.S.
MONS


 

Source: Courrier par e-mail - 15/01/15

   

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online