Nous avons 75 visiteurs en ligne

 

   

Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, a décidé par mesure d'économie de ne plus réparer et de ne pas remplacer les 2.969 horloges qui peuplent les gares du pays, lit-on jeudi dans les journaux du groupe Sud Presse. Les horloges se trouvant sur les quais, dans les gares et dans les bureaux coûteraient trop cher: 800.000 euros par an.

 

Ni réparée, ni remplacée 

 

Cette décision a été prise par Infrabel en novembre dernier, selon les journaux du groupe Sudpresse. Concrètement, cette suppression se fera en douceur: lorsqu'une horloge tombera en panne elle ne sera ni réparée, ni remplacée. Dans le même temps, 19 millions d'euros prévus pour le renouvellement complet des horloges ont été supprimés du budget pluriannuel 2012-2015.

 

Infrabel continuera à réparer les horloges défectueuses

 

Infrabel invite les voyageurs à se référer aux panneaux d'affichage électronique qui affichent l'heure et sont présents sur de nombreux quais.

 

Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, a prévu un budget pour la réparation des horloges défectueuses sur les quais et dans les gares, a indiqué jeudi le porte-parole de la société, Frédéric Petit.

 

Les journaux du groupe Sud Presse indiquaient jeudi matin qu'Infrabel avait décidé par mesure d'économie de ne plus réparer et de ne pas remplacer les 2.969 horloges qui peuplent les gares du pays.

 

"Si nous constatons qu'une horloge sur le quai est défectueuses, nous la réparerons. Par contre, une horloge définitivement hors d'usage ne sera pas remplacée", a indiqué le porte-parole. Infrabel invite les voyageurs à se référer aux panneaux d'affichage électronique qui affichent l'heure et sont présents sur de nombreux quais.

   

Source: RTLinfo.be & LaLibre.be - 05/01/12

 

   

Un homme a été intercepté sur les voies lundi en fin d'après-midi, tout près de la gare de Louvain, par la police des chemins de fer, a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué.

 

L'homme a probablement sauté du train en marche après une discussion avec l'accompagnateur de train. Lorsque l'accompagnateur de train a demandé au voyageur, qui se rendait de Bruxelles à Louvain sans ticket de transport, de présenter son billet, l'homme a demandé de payer avec une carte de crédit japonaise.

 

Soupçonnant un problème, l'accompagnateur est parti demander de l'aide au personnel de sécurité. A son retour, l'homme avait disparu. Ce dernier avait réussi à ouvrir la porte pneumatique via la poignée d'alarme pour sauter du train. Mis au courant de l'incident, les membres de Securail et de la Police des chemins de fer ont intercepté l'homme, gravement blessé sur les voies dans les environs de la gare de Louvain.

 

La personne, qui a entre-temps été identifiée, a été emmenée à l'hôpital avec une plaie béante à la tête. Elle est âgée de 37 ans. Son état de santé a évolué favorablement. Le trafic ferroviaire a été temporairement interrompu afin de pouvoir procéder aux constatations nécessaires, entraînant du retard sur cette partie du réseau.

   

Source: DHnet.be - 03/01/12

 

   

Une année 2012 qui commence très fort pour les navetteurs liégeois !

 

En effet dès ce lundi matin le train "direct" de 7h42 en composition "réduite" arrive avec un retard d'environ 30 minutes.

 

Pour le retour, ce sont pas moins de deux trains de suite qui sont supprimés (P 8400 de 16h13 à Bruxelles-Central + train IC 466 de 16h28 à Bruxelles-Central).

 

Le train IC 1715 est quant à lui victime d'un passager qui décide de sauter dans les voies à Louvain, selon les témoignages recueillis via les passagers de ce train et confirmés par cet article.

 

Le train IC 515 (17h01 à Bruxelles-Central) subit quant à lui le retard des train qui le précèdent (IC 1715 & P 8401) et roule au pas entre Bruxelles et Louvain où le retard prévu est de 30 minutes à Liège-Guillemins ... mais c'est sans compter sur un problème d'aiguillage à Ans sur la voie 1 qui visiblement n'empêche pas le Thalys de passer en voie 2.

 

Après 10 minutes d'attente, le train est déclaré "en détresse" et tout le monde est invité à descendre et à embarquer dans le train "Gouvy" (IC 467).

 

A l'arrivée à Liège (Ans pour le 8401) :

  • 1715 (+14')
  • 8401 (+48')
  • 515 (+72')
  • 467 (+36')

Une belle pagaille pour des centaines de voyageurs dont certains doivent se rendre à Verviers ou Eupen mais aucune information ne leur est communiquée ...

 

De quoi se demander ce que nous réservera 2012 ...

   

Source: navetteurs.be, présent dans le train IC 515 + témoignages SMS

 

   

La SNCB envisage d’arrêter la ligne 162-161 au Quartier-Leopold. Exit la liaison Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi.

 

<P>Daniel Ledent, député provincial luxembourgeois et pilote de la grappe « mobilité » dans Réseaulux.</P>

Daniel Ledent, député provincial luxembourgeois et pilote de la grappe « mobilité » dans Réseaulux. 

ÉdA Claudy Petit - Crédit photo lavenir.net

 

M. Ledent, vous pilotez la grappe « Mobilité » dans Réseaulux. En outre, vous avez la mobilité dans vos compétences en tant que député provincial du Luxembourg. Il me revient que les nouvelles ne sont pas bonnes du côté de la SNCB …

 

Tout va être revu à la SNCB. Il est question d’arrêter la ligne 161-162 Arlon-Namur-Bruxelles au quartier Léopold à Bruxelles, soit à la gare du Luxembourg. Ce train ne ferait plus la jonction Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi. Souvenez-vous ! Dans votre jeunesse, ce train allait jusqu’à la côte belge.

 

Pourquoi cette coupure de la ligne ?

Le problème pour la SNCB est que la jonction Bruxelles-Nord et Midi est saturée. Or, c’est un point très sensible du réseau ferroviaire. Un problème sur cette jonction, et c’est tout le réseau qui est touché. Les répercussions se font sentir sur tout le pays. Il se pourrait donc, mais on parle au conditionnel, que la ligne 161 contourne Bruxelles.

 

Que proposez-vous ?

Les Luxembourgeois et les Namurois doivent être revendicatifs. Il faut garder cette ligne. C’est une ligne prioritaire parce qu’elle est internationale et en outre, c’est la plus longue ligne du pays. Il faut se battre, pour cela, mais aussi pour les liaisons avec le Grand-Duché.

   

Source: Lavenir.net - 28/12/11

 

   

Photo Eda

L’instruction d’audience a été remise au 2 mai 2012, dans l’accident ferroviaire d’Arlon. Il y a conflit d’intérêt entre le conducteur et la SNCB …

 

Neuf personnes se sont constituées en tant que parties civiles, mardi après-midi, devant le tribunal de police d’Arlon, dans l’affaire de la collision de deux trains survenue en gare d’Arlon, le 15 septembre 2010. Ils réclament des indemnités estimées à un total provisoire de 37 600 €, dans l’attente qu’un expert médical soit mandaté par le tribunal pour évaluer leur incapacité réelle.

 

L’instruction d’audience a pour sa part été remise au 2 mai 2012, toutes les parties concernées n’ayant pas encore pu consulter le dossier.

 

Le film de la reconstitution des faits et le rapport des experts y seront notamment présentés.

 

Le conducteur poursuivi au pénal, la SNCB au civil

Dans cette affaire, le conducteur d’un des deux trains – celui venant de quitter quai – est poursuivi pénalement pour défaut de prévoyance. La SNCB est, quant à elle, citée comme civilement responsable.

 

Le 15 septembre 2010, deux trains, l’un quittant la gare d’Arlon en direction de Luxembourg, l’autre y entrant, sont entrés en collision, peu après 18 h. Le train quittant la gare arlonaise n’avait pas été autorisé à démarrer. Le conducteur de ce train avait avoué, après coup, avoir été trompé par un reflet sur les feux de signalisation. Dans les faits, le conducteur n’a pas respecté deux feux de signalisation.

 

« En cas de doute, on ne démarre pas. Mais cette fois, il y avait un reflet sur le premier feu (celui donnant la permission de mise en route) qui m’a donné l’impression que le feu était blanc, a confié, mardi après-midi, le conducteur inculpé aux journalistes présents. Ensuite, il y avait un second feu (un signal d’arrêt), situé au sol, qu’on ne distinguait pas à cause de la saleté. J’étais alors à 18 km/h. Le troisième feu (également un signal d’arrêt) était pour sa part caché par une caténaire. » L’homme a alors, dans le doute, stoppé son train, mais n’a pu cependant éviter la collision avec celui arrivant au croisement des deux voies.

 

Cent six personnes ont été blessées dans cet accident, dont nonante ont déjà été indemnisées par la SNCB.

 

Scandaleuse SNCB

Une société des chemins de fers belges dont Me Renaud Duquesne, l’avocat du conducteur du train, n’a pas hésité à critiquer le comportement envers son client depuis l’accident, mardi après-midi au cours de l’audience. Selon l’avocat, la SNCB a en effet envoyé un courrier à son client, vendredi dernier, lui interdisant de mettre en cause, dans cette affaire, Infrabel, ou une autre de ses filiales. Dans le cas contraire, elle ne prendrait pas en charge les frais d’avocat de son ancien travailleur, aujourd’hui à la retraite. Elle pourrait même, dans ce cas, se retourner contre lui pour lui demander d’indemniser les victimes. Une attitude scandaleuse, pour l’avocat, « surtout vis-à-vis d’un homme ayant travaillé pendant quarante ans pour cette société et qui était, au moment des faits, à seulement trois mois de la retraite »

   

Source: Lavenir.net - 21/12/11

 

 

 

   

   

Source: La Nouvelle Gazette - 26/12/11 par Thomas Gijs

   
 

Gery Baele tient à apporter une rectifucation: "Si j'ai effectivement quitté l'ACTP, je tiens à préciser que cette association existe toujours"

Source: Nord Eclair - 16/12/11

 

   

   

Source: Youtube - © Gennaro Amoruso 2011

 

   

Michaël DUROISIN - Initiateur de la pétition

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 0479/418.674

Début décembre, Michaël Duroisin navetteur au départ de la gare de Rixensart lançait une pétition en ligne. 20 jours plus tard, ce ne sont pas moins de 1.101 signatures qui ont été récoltées, ce qui démontre les soucis réels rencontrés par les navetteurs.

Cette pétition est transmise par navetteurs.be auprès du Médiateur SNCB.

 

Texte de la pétition

Je suis navetteur(euse) sur la ligne 161 Bruxelles-Ottignies et la SNCB vient de décider unilatéralement de diminuer de plus de 50% le nombre d’arrêts aux heures de pointe à Rixensart et à Genval.

Cette décision pénalisera fortement les 3.500 abonnés (en augmentant le délai d'attente entre les trains). Par ailleurs, je crains que cet aménagement horaire n'amplifie encore un peu plus le phénomène de suroccupation des wagons déjà présent à l'heure actuelle.

Je m'oppose donc fermement à l'application de ce nouvel horaire du 11 décembre 2011 et demande à la SNCB de revoir sa position en rétablissant un maximum d'arrêts aux gares de Rixensart et Genval.

 

Sujet au JT de TVcom.be

 

 

Intervention des autorités communales de Rixensart

Les autorités communales ont également soutenu la démarche des navetteurs :

  • Début décembre publication sur le site Web communal : lire ici
  • 12/12 publication sur le site Web communal : lire ici
  • Distribution de  1.700 tracts sur les quais
  • Publication dans le bulletin communal
   

 

 

 

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online