Nous avons 76 visiteurs en ligne

 

   

Le Valentrain est remis à l’honneur en 2012 ! Vu le succès rencontré lors des précédentes éditions et grâce à la collaboration du Groupe SNCB, ce train peut à nouveau circuler.

 

Pendant le trajet, qui dure trois heures, vous profiterez du menu trois services proposé en tables de 1 à 4 personnes. Notre train romantique sera remorqué par la locomotive à vapeur 64.169 et vous serez confortablement installés dans des voitures K de première classe datant de 1935, adaptées pour la circonstance. La locomotive et les voitures sont la propriété de l'ASBL Patrimoine Ferroviaire et Tourisme.

 

Trois circulations sont prévues : le samedi 11 février 2012 à midi et en soirée, et le dimanche 12 à midi uniquement. Vous pouvez embarquer en gare de Bruxelles–Nord ou Anvers-Central et prendre part à un des groupes. Attention, la gare de départ de votre choix est automatiquement celle de votre arrivée !

 

Infos & Réservations: www.valentrain.be

   

Source: Valentrain.be

 

   

Il y a eu 1.503 cas d'agressions physiques et verbales contre le personnel roulant de la SNCB en 2010, soit 213 faits de plus qu'en 2009, ressort-il d'une réponse de l'ex-ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, basée sur les données des procureurs généraux.

 

Les cas de coups et blessures sont passés de 206 en 2009 à 237 en 2010. Les cas ayant occasionné des blessures légères sont passés de 265 à 324. Les menaces (de 562 à 601 cas) et les injures (257 à 341 cas) ont également progressé. (belga)

   

Source: 7sur7.be (avec Belga) - 15/12/2011

 

   

En dépit des recommandations de la commission Buizingen, les problèmes de sécurité demeurent sur le rail belge. Dont le franchissement des feux rouges ...

 

"Inquiétant." " Secouant." C’est en ces termes que les députés de la commission sur la sécurité du rail ont accueilli les nouveaux chiffres de franchissement de feux rouges par les trains de la SNCB. Les données, révélées par André Latruwe, le directeur du Service de Sécurité et d’Interopérabilité des Chemins de Fer (SSCIF), indiquent une augmentation des franchissements sur les voies secondaires.

 

Pour rappel, la collision entre deux trains, survenue à Buizingen le 15 février 2010,?avait causé la mort de 19?personnes et blessé 125 autres. La justice doit encore trancher quant aux responsabilités, mais parmi les causes invoquées figure le franchissement d’un feu de signalisation rouge.

 

Manque de collaboration

 

La commission parlementaire spéciale, créée suite à ce drame, entendait ce mercredi le rapport 2010 de l’instance de sécurité du rail. Lors de son exposé, André Latruwe a lâché devant les députés médusés les derniers chiffres recensés en 2011. Pas moins de 118 feux ont été franchis depuis début 2011, contre 117 pour toute l’année 2009, l’année précédent la catastrophe de Buizingen. En 2010, quelque 130 franchissements de feux rouges par des trains avaient été relevés par le gestionnaire du réseau.

 

" La mise en place du TBL1 + a diminué les franchissements sur les axes principaux, mais leur nombre est en augmentation sur les voies secondaires ", s’est inquiété André Latruwe. Pour le directeur, les causes sont identifiées, mais selon lui l’opérateur SNCB et Infrabel, le gestionnaire du réseau, ne collaborent pas efficacement pour résoudre la question.

 

" C’est inquiétant par rapport à nos recommandations ", a réagi Linda Musin (PS). Elle a réclamé plus d’explications. " Infrabel se réfugie derrière l’argument selon lequel la signalisation actuelle est réglementaire. Or, je pense que plusieurs endroits sont encore dangereux. Je ne peux tout de même pas descendre moi-même sur place avec une bêche pour déplacer les signaux! À quoi bon amener un cheval à la rivière s’il ne veut pas boire ? " a répliqué le directeur du SSICF. Un propos jugé " secouant " par Valérie De Bue (MR).

 

Le député Ecolo-Groen ! Ronny Balcaen s’est interrogé pour sa part sur la (in)suffisance de moyens et de personnel au SSICF. Le cadre prévoit l’engagement d’une quarantaine de personnes pour 2012. Mais pour André Latruwe, plusieurs problèmes se posent. Tout d’abord, la lenteur des procédures d’engagement, via le Selor. " Un collaborateur est parti à la pension et je n’ai pu le remplacer directement à cause des procédures à suivre ", a-t-il indiqué. Le surcroît de législation européenne alourdirait aussi son travail. D’autre part, il dénonce le manque de moyens. " Aux Pays-Bas, l’instance de sécurité dépend du Parlement. En Belgique, nous dépendons du secrétaire d’État à la Mobilité. Or, nous n’avons toujours pas d’arrêté royal pour le budget 2012. La situation financière n’est pas optimale. " Le directeur dit également manquer de temps : " Nous avons aussi beaucoup de demandes de certification. Résultat, le temps qui reste pour faire des contrôles sur le terrain n’est pas suffisant. " La question des liens entre le SSICF et la SNCB a aussi été soulevée.

 

Indépendance

 

La Commission européenne avait jugé en janvier dernier que la Belgique ne garantit pas l’indépendance de son autorité de contrôle étant donné que les travailleurs du SSICF sont détachés du groupe SNCB, qu’ils peuvent rejoindre à tout moment. Un arrêté royal du 22 juin 2011 a mis fin à ce lien, mais la mesure n’est valable pour le personnel engagé qu’à partir de 2013. Les employés engagés avant resteront liés à la SNCB jusqu’à la fin de leur carrière. Ronny Balcaen estime que le maintien de ces liens contractuels va " à l’encontre d’une logique d’indépendance de l’instance de surveillance. "

   

Source: Lecho.be - 14/12/11

 

   

La SNCB adapte légèrement son offre durant la période de fin d'année. Durant la trêve des confiseurs, les clients sont moins nombreux à prendre le train. C'est pourquoi la SNCB aménage légèrement ses horaires.

 

Service des trains

Voici les informations principales : 

 

- Du lundi 26 décembre 2011 au vendredi 6 janvier 2012 inclus, certains trains seront supprimés. Ceux-ci sont renseignés sur les affiches jaunes et dans les brochures horaires par le symbole "triangle noir".

 

- Les samedis 24 et 31 décembre 2011, les trains circuleront selon l'horaire du samedi 

 

- Les dimanches 25 décembre 2011 et 1er janvier 2012, les horaires du dimanche restent d'application

 

Heures d'ouverture des guichets 

Durant les fêtes, afin d'assurer le meilleur service aux voyageurs, les horaires d'ouverture des guichets ne changent pas. Une exception cependant : les dimanches 25 décembre 2011 et 1er janvier 2012, les guichets ouvrent à 7 heures (environ une heure plus tard que d'habitude).

   

Source: SNCB

 

   

De gauche à droite :

Haut: Gianni Tabbone, Damien Charlier

Bas: Guy Cantraine, Gery Baele

 

 

Responsable de navetteurs.be

 

Gianni Tabbone (Admin & Porte-parole) - Contact

  • Gestion du site Web
  • Recensement et synthèse des problèmes et des plaintes
  • Recensement des problèmes sur les lignes non attribuées aux " coordinateurs régionaux "
  • Point de contact central avec les visiteurs du site, la presse et les acteurs de la " Mobilité
 

Coordinateurs régionaux

 

  • Damien Charlier (Coordinateur Namur & Luxembourg) - Contact
  • Guy Cantraine (Coordinateur Charleroi & Centre) - Contact
  • Gery Baele (Coordinateur Hainaut) - Contact

 

   
Documents

Nouvelle structure (.pdf)

 
Share |
 

 

   

Il n’est pas encore trop tard mais il est plus que temps : c’est ce dimanche 11 décembre que la SNCB fera entrer en vigueur de nouveaux horaires qui sont loin, très loin, de satisfaire les nombreux navetteurs du rail de Genval et de Rixensart (lire LLB du 2 décembre). 

En cause : la suppression annoncée de plusieurs trains aux heures de pointe - entendez : pendant les tranches horaires les plus stratégiques de l’aube ou du début de soirée.

 

C’est le parachèvement des travaux du RER qui serait la cause de ces suppressions. Une complication supplémentaire après l’inconfort et la patience dont doivent faire preuve les usagers sur ces chantiers sur toute la ligne entre Bruxelles et Ottignies. Reste que la commune de Rixensart n’en a été en aucune manière avertie et le bourgmestre Jean Vanderbecken a donc décidé de prendre le taureau par les cornes en interpellant la Société nationale du chemin de fer à travers son directeur général du service SNCB Mobility mais aussi en mobilisant les médias.

 

Cette démarche a finalement porté des fruits puisque la SNCB a décidé de rétablir ou d’ajouter des arrêts à 7h31, 8h39, 17h24 et 18h21 en gare de Rixensart et à 7h29 et 8h29 en gare de Genval. Mais ce n’est pas tout : constatant qu’il était encore possible de faire changer la SNCB, Rixensart soutient aussi une pétition que l’on peut retrouver sur le site http://10727.lapetition.be 

   

Source: LaLibre.be - 09/12/11

 
Share |
 

 

   

La SNCB Logistics n'est plus très intéressée par le site de Ronet.

Photo RTBF-Belga

A Ronet, les formations sur les trains de marchandise sont finies. Le bureau économique de la province de Namur a commandé une étude pour trouver des pistes d’avenir. Certains rêvaient d'une grande plate-forme multimodale. Mais les conclusions de l'étude font redescendre les espérances d un cran.

 

Il ne faut pas développer à Ronet une nouvelle grande plate-forme de transport multimodal reliant la voie d'eau, le rail et la route : les projets wallons sont déjà suffisamment nombreux dans ce domaine. De plus, les entreprises de la province de Namur, plutôt de service que d'industrie lourde, ne sont pas très demandeuses. Olivier Granville, directeur au Bureau économique provincial, précise : ''On a mesuré un volume : un bon millier de conteneurs que l’on pourrait ramener sur la plate-forme. Mais c’est un volume qu’il faut aussi mettre en rapport avec une analyse de coût.'' Combien coûterait la mise en service d’une telle plate-forme ? C’est évidemment une question cruciale qui orientera la reconversion de Ronet. Sauf qu’à ce niveau-là, selon l’étude, ''le compte n’y est pas tout à fait. Ce volet précis du dossier est refermé par l’étude à l’heure actuelle'', ajoute Olivier Granville.

 

Toujours d’'après l'étude commandée par le BEP, l'avenir de Ronet, c'est encore le rail. ''Ce qu’on appelle un rail-port, c’est-à-dire avoir la possibilité d’offrir une solution pour de plus petits volumes, par exemple des clients industriels qui souhaiteraient charger quelques wagons. Pour autant, bien sûr, qu’il y ait un opérateur ferroviaire qui puisse ensuite prendre le train en charge et l’amener à destination.''

 

La SNCB Logistics n'est manifestement plus très intéressée par le site de Ronet, mais il existe actuellement neuf autres opérateurs qui peuvent utiliser le rail belge. Ils ont été consultés. L'un d'entre eux s'est déclaré intéressé et est venu visiter le site il y a quelques jours.

   

Source: RTBF.be - 08/12/11

 

   

Le coût de la SNCB Holding est de plus en plus important pour Infrabel.

 

Le nouveau gouvernement fédéral va s’atteler à une lourde tâche : réformer la structure du groupe SNCB, qui se décompose en gros entre la SNCB Holding (la maison-mère), la SNCB (le transporteur) et Infrabel (les infrastructures). Le ministre fonctionnel devra proposer un plan à ce sujet dans les six mois. Dans la foulée, le rôle de la SNCB Holding pourrait être soit renforcé, soit diminué, soit elle pourrait carrément passer à la trappe.

 

Dans ce débat, la question du coût de la holding pour les services (GRH, ICT, sécurité, mise à disposition de bâtiments, etc.) qu’elle facture aux deux grandes filiales du groupe est très sensible. Et, selon des données internes que nous avons pu nous procurer chez Infrabel, la SNCB Holding coûte de plus en plus cher au gestionnaire du réseau ferroviaire.

 

En effet, si en 2005 la Holding a réclamé 91,8 millions d’euros à Infrabel pour des services liés à l’exploitation (hors investissements), le coût de la structure faîtière du rail belge était de 105,8 millions d’euros en 2009, de 135,5 millions d’euros en 2010 et sera de 130,2 millions d’euros en 2011. Toujours d’après le calcul interne d’Infrabel, 2012 s’annonce aussi particulièrement coûteuse : la SNCB Holding devrait réclamer à Infrabel 136,2 millions d’euros. Bref, selon ces données, l’existence de la holding semble de plus en plus alourdir les comptes d’Infrabel.

 

On peut parler d’une guerre des chiffres car, au contraire, la SNCB Holding prétend justement coûter moins cher à la SNCB et à Infrabel. En effet, dans un document envoyé à son personnel ("La Libre" du 4/11), la maison-mère du groupe explique que le poids de ses factures dans les coûts opérationnels tant de la SNCB que d’Infrabel est en diminution. La SNCB Holding rappelait par ailleurs que le coût de ses prestations reste de toute manière bien inférieur à celui des fournisseurs externes des deux autres grandes branches du groupe.

 

Qui a raison ? Pour le porte-parole de la Holding, les données issues d’Infrabel sont tronquées. "Avant 2009, les chiffres ne prennent pas en compte les frais liés aux ressources humaines, explique Louis Maraite. Or, à partir de 2009, on a ajouté dans le coût global 21 à 23 millions d’euros par an pour ce poste. Cela explique la soudaine augmentation du coût de la holding. Infrabel nous demande de plus en plus de services comme le gardiennage de sites ou la mise à disposition de 13 000 m2 de bureaux, et elle dit après que ça coûte cher "

   

Source: LaLibre.be - par Frédéric Chardon - 06/12/11

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online