Nous avons 120 visiteurs en ligne

 

   

Les caméras de surveillance ont un impact très relatif sur la criminalité et ne permettent que très rarement la détection d'infractions en temps réel, ressort-il jeudi des conclusions d'une enquête menée auprès de la SNCB par Vincent Francis, chargé de cours à l'Université Catholique de Louvain.

 

M. Francis a mené durant deux ans une enquête sur les stratégies de sécurisation du rail belge et les caméras de surveillance installées par la SNCB, "première entreprise belge à avoir misé massivement sur les nouvelles technologies dans un but de sécurisation".

 

Selon le chercheur, les caméras "rendent l'espace le plus menaçant possible pour ceux qui veulent y commettre un délit" (voleurs, resquilleurs, tagueurs, etc.).

 

En ce qui concerne l'influence sur le public, certains individus vont commettre leur délit ailleurs, où ils ne seront pas filmés; certains oublient la présence de la caméra et certains enfin agissent expressément devant les caméras, stimulés par le goût du risque, relève M. Francis. Les caméras suscitent par ailleurs des actes de résistance: destruction des appareils, camouflage pour éviter d'être filmé, etc.

 

"La stratégie de la SNCB vise au déplacement de la délinquance, à défaut de dissuasion comportementale", conclut le chercheur.

 

L'étude démontre aussi que les caméras ne permettent que très rarement la détection d'infractions en temps réel. Le nombre d'images à visionner au même instant est en effet tel que leur surveillance en direct par le personnel en devient forcément impossible.

 

La SNCB a installé 3.300 caméras dont 2.724 dans ses gares. Celles-ci couvrent 52 gares, par lesquelles transitent plus de 70 % des usagers. Au total, 500 agents Sécurail travaillent pour la sécurité de la SNCB, tandis que 503 policiers sont détachés à la police des chemins de fer.

   

Source: DHnet.be - 24/11/2011

 

   

Réponse de la SNCB :

Sur la ligne 161, les 3èmes voies qui permettaient entre Ottignies et Bruxelles de conjuguer trains lents et trains rapides ne seront plus disponibles à partir de décembre pour cause de travaux par réalisés par Infrabel. La capacité s'en trouve donc diminuée et la SNCB n'a pas eu d'autre choix que d'aménager les arrêts pour faire passer un maximum de trains. Aussi, à chaque suppression d'arrêt, la SNCB a veillé à ce qu'une alternative existe dans un intervalle de maximum 10 minutes.

 

Un second problème se superpose à la réduction de capacité de la ligne 161: la ligne 162, qui se retrouve à voie unique entre Namur et Naninne et entre Libramont et Lavaux.

 

Ceci explique que le train 8600 ait dû être avancé pour 2 raisons : pouvoir continuer à faire circuler le city rail (IC 2416) entre Bruxelles et Ottignies, et le fait que l'horaire ne lui permettait plus de passer entre Namur et Naninne.

--------

Suite à l'annonce de l'adaptation de l'horaire du train P 8600 décidée unilatéralement par la SNCB et sans aucune concertation préalable, navetteurs.be à décidé de réagir auprès de la SNCB dans un e-mail envoyé ce jeudi 24/11.

 

En voici le contenu :

 

Je me permets de vous contacter au nom des navetteurs qui utilisent au quotidien le train P 8600 qui démarre actuellement de Bruxelles-Midi à 15h54 et qui démarrera dorénavant à 15h41 selon le nouvel horaire de décembre.

Cette adaptation empêchera désormais un grand nombre de navetteurs de pouvoir utiliser ce train étant donné que celui-ci quittera la dernière gare de Bruxelles à 16h01 alors que la plupart des travailleurs ont l’obligation de prester jusqu’à 16h00.

Le principal souci est qu’actuellement déjà, le train P 8600 qui est suivi de près par le train IC 2416 sont tous les deux et d’après les témoignages des navetteurs, en état de suroccupation. Que se passera-t-il une fois que les passagers de deux trains devront être embarqués en un seul train ?

De plus, il paraît totalement injustifié de déplacer un train « de pointe » avant justement l’heure de pointe qui pour la plupart des travailleurs commence à 16h00.

Force est de constater qu’une fois de plus la SNCB, sans doute pour des impératifs de « ponctualité » imposés par Infrabel -notion que les navetteurs ne connaissent plus depuis de nombreuses années- décide unilatéralement de déplacer un train de pointe sans aucune concertation préalable et sans mesurer l’impact négatif sur les navetteurs déjà bien obligés de supporter malgré eux les désagréments quotidiens d’un service qui ne cesse de se dégrader au fil du temps.

Je vous demanderais dès lors de prendre les mesures qui s’imposent afin de ne pas procéder à l’adaptation de l’horaire de ce train P 8600.

Je vous informe également que navetteurs.be coordonnera et soutiendra toute action de protestation en faveur du maintien de l’horaire actuel de ce train.

Je remercie d’avance pour votre collaboration. 

Cordialement,

Gianni Tabbone
   

Source: navetteurs.be - 24/11/2011, SNCB (réponse) le 29/11/2011

 

   

Dès la mi 2012, les abonnés de la SNCB qui devront renouveler leurs abonnements seront invités à remplacer leurs documents en papier par une carte à puce qui deviendra leur abonnement électronique. 

 

Les avantages de la carte MoBIB sont nombreux : les cartes à puce sont plus solides, plus sûres, plus petites et elles se glissent parfaitement dans les portefeuilles. 

 

Et dans la perspective où les autres sociétés de transport en commun vont aussi utiliser ce système, la carte à puce de la SNCB pourra contenir leurs données. C’est déjà le cas pour les données de la STIB. Les TEC et de Lijn vont suivre. 

 

La technologie « MoBIB » a été developpée en commun avec la STIB. 

 

Dans la première phase, la carte sera implémentée pour les abonnés. Après évaluation, la carte à puce pourra aussi être utilisée pour les autres produits de la SNCB. Comme les billets par exemple. 

 

A partir de la mi 2013, ce sont tous les nouveaux abonnements et abonnements renouvelés qui seront produits sous forme de carte à puce. Dès lors, 520.000 abonnés (détenteurs de cartes train et d’abonnements scolaires) utiliseront la nouvelle carte à puce. 

 

Mobile Ticketing 

La SNCB devient également acteur de l’univers des smartphones et des téléphones portables offrant un accès à Internet. Plus besoin de s’encombrer de billet sous forme de papier : les billets de trains peuvent être achetés de partout et à n’importe quel moment, via le site d’applications mobiles de la SNCB « m.sncb.be ». La commande de billet s’effectue via un smartphone avec une carte de crédit. Le ticket de transport détaillé est alors envoyé au client par SMS.

   

Source: SNCB - 23/11/2011

 

   

Hier, en Commission de l'Infrastructure de la Chambre, Josy Arens, Député fédéral et Bourgmestre d'Attert a une nouvelle fois demandé à la Ministre des Entreprises publiques, Inge Vervotte, de faire le point sur l'avenir du train Jean Monnet. Ce train (n°295) quitte Bruxelles à 17H15 pour rejoindre Bâle en passant par Namur, Arlon (19h58), Luxembourg, Thionville, Metz, Strasbourg, Sélestat, Colmar, Mulhouse et Saint-Louis. Il effectue également le trajet inverse (n°296) en matinée : départ de Bâle à 6h46 et arrivée à Bruxelles à 13h05 (Arlon à 10h42). 

 

Depuis plusieurs mois, des doutes existaient quant à la survie de ce train. Le 23 juin déjà, Josy Arens interrogeait la Ministre à ce sujet. Rien n'était encore décidé alors. Il en est tout autrement aujourd'hui puisque Inge Vervotte a confirmé hier la modification radicale de son trajet : " Ce qui signifie concrètement qu'à partir du changement horaire du 12 décembre 2011, la circulation de ces deux trains sera limitée à la section Luxembourg - Strasbourg. 

 

De plus, l'heure de retour du train 295 au départ de Luxembourg sera avancée. SNCB Europe, SNCB Mobility et les CFL ont cherché une solution pour acheminer les voyageurs jusque Luxembourg, en vue d'une correspondance avec le train Jean Monet en minimisant leur temps d'attente. 

 

Le problème a également été étudié pour le train dans le sens inverse. Suite aux travaux d'infrastructure en cours sur l'axe Bruxelles-Luxembourg et plus particulièrement aux contraintes d'exploitation liées à deux services à voie unique sur cette ligne, il n'a pas été possible d'adapter l'horaire des IC rapides de façon à assurer des correspondances correctes. L'ICJ offre une alternative pour la clientèle, mais avec un temps d'attente à Luxembourg de 50 minutes vers la France et la Suisse et de 31 minutes vers Bruxelles. 

 

" Pour Josy Arens, cette décision est tout simplement inadmissible. Elle n'illustre plus seulement le mépris de la SNCB pour la province du Luxembourg (déjà parent pauvre du rail wallon), elle confirme le mépris de l'entreprise publique pour sa mission : le transport des voyageurs et pour sa clientèle : les citoyens. Qu'aucun contact n'ait encore été pris par la SNCB avec les CFL ou avec le Ministre luxembourgeois en charge des Transports, Claude Wieseler, à ce sujet est au mieux un défaut de communication, au pire une faute professionnelle. Non seulement le train ne circulera plus qu'entre Luxembourg et Strasbourg mais en plus, les correspondances pour les navetteurs qui viendraient des gares de Bruxelles, de Namur ou d'Arlon prendre le train Jean Monnet à Luxembourg ne sont pas prévues. 

 

Josy Arens ne comprend pas l'attitude de la Ministre Inge Vervotte dans ce dossier qui se borne à constater l'échec de la SNCB sans autre commentaires. Cela illustre la démotivation des ministres en affaires courantes et l'urgence de mettre en place un gouvernement de plein pouvoir réellement à même de défendre la démocratie et les citoyens. Josy Arens prendra prochainement contact avec les organisations de défense des navetteurs pour évaluer avec eux les solutions qui pourraient être mises en place pour les voyageurs de bientôt " feu le train Jean Monnet ".

   

Source: Josy Arens - 23/11/2011

 

   

Dès ce dimanche 11 décembre, une série de liaisons ferroviaires feront l’objet d’adaptations horaires. L’objectif est de tenir compte des travaux ou de la fin des chantiers d’infrastructure et d’améliorer la régularité du service. La SNCB cherche à offrir le meilleur confort aux voyageurs grâce notamment au nouveau matériel roulant récemment acquis dans le cadre du programme d’investissement.

 

Desserte de Lille

A cause des modifications sur le réseau SNCF, la SNCB doit adapter la desserte de Lille :

L’horaire sur l’axe Anvers-Gand-Lille est modifié mais la fréquence et l’amplitude de l’offre restent inchangées. Il influencera positivement la régularité car le temps de réutilisation du matériel àAnvers sera augmenté.
L’horaire a également été aménagé afin d’améliorer la régularité de l’IC D Liers-Tournai-Lille.

 

Offre sur l’axe Maastricht-Liège-Bruxelles (IC O) => Brochure Liège (pdf)

Dès le 11 décembre, la relation IC O reliera Visé à Bruxelles avec 21 trains par jour (11 au départ de Bruxelles et 10 à destination de Bruxelles). Un train L reliera désormais Maastricht à Liège toutes les heures. Il sera en correspondance avec l’IC A vers Bruxelles.

En termes d’offre de trains, rien ne changera pour 95% des 17.000 voyageurs quotidiens utilisant actuellement l’IC O Bruxelles – Maastricht. Mais ils bénéficieront d’une liaison bien plus fiable. Seuls les 5% de voyageurs venant ou allant vers Maastricht devront désormais prendre une correspondance.

 

Ligne 59 Anvers - Gand

Afin d’améliorer la régularité sur la ligne Anvers-Gand, le train L est limité à Lokeren mais les voyageurs seront pris en charge par l’IC P de l’axe Anvers - Gand. Ce train fera donc désormais arrêt à Beervelde et à Gentbrugge et cette alternative permettra aux voyageurs d’atteindre plus rapidement leur destination finale.

 

Ligne 15 électrification de la ligne Herentals - Mol

Suite à des travaux d’électrification, 2 minutes supplémentaires sont à prévoir pour l’IR e Anvers-Mol-Neerpelt/Hasselt et le train L Mol-Herentals (Herentals-Mol). L’horaire de l’IR e a du être adapté.
 

Travaux gare de Malines

Suite à des travaux dans la gare de Malines, le train L Anvers – Bruxelles sera scindé pendant le w-e en 2 directions: Anvers-Malines et Malines-Bruxelles

 

Travaux gare de Mons => Brochure Mons (pdf)

Les travaux dans la gare de Mons engendrent 3 minutes supplémentaires pour tous les trains y passant.

Par contre une diminution de 3 minutes est prévue sur l’axe Mons-Bruxelles grâce à la fin des travaux sur le tronçon Jurbise - Braine-le -Comte. Suite à ces deux adaptations, les horaires pour les trains de l’axe Mons – Bruxelles ne changent pas.

 

Travaux sur la voie de ceinture à Anvers

A cause des travaux sur la voie de ceinture à Anvers, le train L Anvers-C – Roosendaal ne passera plus par la voie de ceinture et suite à cela, les gares d'Anvers-Est et Anvers-Dam ne seront plus desservies. Les voyageurs à destination de Roosendaal gagneront donc 5 minutes sur leur parcours.
 

Travaux sur les lignes 161 et 162 => Brochure Bruxelles (pdf) + Brochure Namur (pdf)


Les travaux sur l’axe Bruxelles - Luxembourg impliqueront des modifications de l’offre et l’adaptation des horaires de certains trains, 2 trains seront également supprimés : train 5527 de Wavre à Schaerbeek (6h18-7h13) et train 5515 de Schaerbeek à Wavre (15h46-16h42).

Des alternatives existent avec les trains CR Louvain-la-Neuve - Bruxelles.

 

Suite à un manque de capacité sur le tronçon entre Namur et Ciney, deux trains P doivent être supprimés : le train P 7672 Namur 7h45 – Ciney 8h21 et le train P 8670 Namur 16h47 – Jemelle 18h03

 

L’international entre Bruxelles-Midi et Bâle (INT 295) est également supprimé.

 

Le train P 8606 Bruxelles-Midi – Arlon sera limité à Libramont suite au manque de capacité du réseau. Une alternative a déjà été planifiée avec l’IC J 2115 Bruxelles-Midi 15h33 – Luxembourg 18h40.
 

Par ailleurs, les trains Namur-Ottignies- Louvain-la-Neuve via Gembloux seront scindés à Gembloux sans conséquence pour les voyageurs.
 

Ligne 37 et 44 => Brochure Liège (pdf)

Suite à la fin du service à voie unique, le temps de parcours entre Olne et Pepinster sera raccourci de 2 minutes. Le changement de tracé à hauteur de Dolhain permettra également d’économiser 1 minute sur ce trajet.
 

Les trains de la ligne 44 Géronstère-Pepinster seront également adaptés afin d’optimiser les correspondances à Pepinster de et vers Liège.

 

Ligne Hasselt-Louvain

En vue d’augmenter la capacité, un train supplémentaire est prévu le dimanche soir pour les étudiants entre Hasselt et Louvain. Ce train est déjà en circulation depuis le 25 septembre dernier.

 

 

 

Outils de consultation des horaires : Brochure personnalisée - Brochures par ligne - Brochures IC/IR

Source: SNCB-Mobility - 23/11/2011

 

   

Quelques réponses à des questions posées

 

Lignes 161-162

Train P 8600 

Pour l'instant ce train démarre de Bruxelles-Midi à 15h54 et arrive à Luxembourg à 19h06.

A partir du 12 décembre 2011, ce train démarrera de Bruxelles-Midi à 15h41 et arrivera à Luxembourg à 19h05.

Horaire avant 11/12 - Horaire après 11/12

 

Gare de Genval

« A partir du 12 décembre 2011, d'après les horaires disponibles sur sncb.be et railtime, l'offre de trains en gare de Genval sera réduite le matin à 2 trains par heure dont 1 à destination de Schaerbeek et l'autre à destination de Bruxelles-Nord. 

J'ai remarqué que les trains manquants ne faisant pas arrêt à Genval, feront arrêt à Rixensart et à La Hulpe, alors que les trains faisant arrêt à Genval ne déserviront plus ces 2 gares voisines. »

 

Ces modifications sont confirmées par SNCB-Mobility et justifiées par les explications suivantes :

 

« Dans les 2 cas, les modifications de l'offre sur les lignes 161 et 162 découlent de l'évolution des travaux sur ces 2 lignes:

L 161 : suppression de la 3ème voie à Groenendael et entre Genval et La Hulpe.

L 162 : déplacement des chantiers, donc des voies uniques.

 

Conséquence: le service des train à du être adapté en fonction de ces réductions de capacité.

Pour l'arrêt de Genval en particulier, Infrabel a refusé nos propositions d'horaires en arguant un risque important pour la régularité.

L'offre sur la L161 dépendra de l'infrastructure  disponible et des exigences d'Infrabel en matière de régularité.  »

 

Suppression du train "Jean Monnet"

Ce train (n° 295) quitte Bruxelles-Midi à 17H15 pour rejoindre Bâle en passant par Namur, Arlon, Luxembourg, Thionville, Metz, Strasbourg, Sélestat, Colmar, Mulhouse et Saint-Louis. 

Il effectue également le trajet inverse (n° 296) en matinée : départ de Bâle à 6h46 et arrivée à Bruxelles-Midi à 13h05.

Détails du trajet (train 295)

 

Pour des informations détaillées sur les nouveaux horaires, les voyageurs sont invités à créer une brochure personnalisée qui leur donnera une vue d'ensemble sur les trains à leur disposition.

   

Source: Syndicats - 23/11/2011

 

   

Une manifestation à Bruxelles en front commun interprofessionnel aura lieu ce vendredi 2/12/2011 dans les rues de Bruxelles.

 

Pas de perturbations à la SNCB

Une source syndicale confirme qu'il n'y aura pas de perturbations du trafic ferroviaire étant donné qu'un grand nombre de manifestants doivent se rendre à cette manifestation en train. 

De plus des trains supplémentaires seront également mis à la disposition des manifestants.

 

La STIB annonce des perturbations

Les lignes de métro, tram et bus de la STIB ainsi que notre réseau de vente seront très fortement perturbés en raison de la participation d'une partie de notre personnel à cette action.

Selon les informations dont nous disposons actuellement, nous prévoyons d’exploiter uniquement les lignes suivantes :

• Métro: ligne 1 (uniquement entre Gare de l’Ouest et Montgomery) et ligne 2 

• Tram: lignes 3, 7, 39 (jusque 20h) et 82 (remplacée après 20h par le 32) 

• Bus: lignes 12, 13, 14, 46, 48, 49, 60, 63, 71, 84 et 95. 

Nous espérons également pouvoir exploiter partiellement les lignes 29, 43, 78 et 87.

Ces informations sont à prendre avec la plus grande réserve. Notre service Information mettra tout en œuvre pour vous informer au mieux tout au long de la journée de vendredi. Notre site internet sera actualisé en fonction de l’évolution de la situation et notre Contact Centre – 070 23 2000 – sera également à votre disposition dès 6 heures du matin. Nous en appelons à votre clémence, vu les circonstances exceptionnelles de cette manifestation qui touchera tous les secteurs professionnels, et vous invitons à prendre vos dispositions en conséquence.

[Plus d'infos]

 

Le TEC annonce des perturbations

 

Nous informons nos voyageurs qu'en raison de la manifestation nationale contre l'austérité, organisée à Bruxelles ce 2 décembre par le front commun syndical, certains de nos services ne pourront être assurés.

Des précisions concernant la situation dans les différents TEC seront apportées dès que possible.

Nous nous excusons d'ores et déjà pour les désagréments causés.

[Plus d'infos]

De Lijn annonce des perturbations

 

Des perturbations sont à prévoir à Bruxelles et en Flandre

[Plus d'infos]

   

Source: Syndicats - STIB - TEC - DE LIJN - 01/12/2011

 

   

La CGSP-Cheminots a vérifié la fréquentation effective des 170 trains condamnés à disparaître en 2012 car ils ont moins de 40 passagers. Dans un cas sur deux, le syndicat a constaté un nombre supérieur de passagers. Elle compte interpeller le CA de la SNCB.

 

Selon la SNCB, le 18 h 18 Namur/Huy transporte en moyenne 34 passagers. J’ai fait le test moi-même à plusieurs reprises et j’ai constaté que le nombre d’usagers oscillait entre 41 et 46 ”, explique Michel Abdissi, secrétaire général de la CGSP-Cheminots. Des membres du syndicat se sont livrés au même exercice sur d’autres trains également condamnés à disparaître en décembre 2012.

 

A ce stade, nous avons contrôlé 84 des 170 trains. Dans 51 % des cas, le résultat annoncé par la SNCB était sous-estimé. L’écart observé oscille entre cinq et quinze clients ”, détaille le responsable syndical. Le Tournai/Namur de 20h12 est l’un des exemples les plus spectaculaires. Au lieu des 39 annoncés, il compte plus de 50 personnes. Il est donc largement au-dessus du seuil fatidique de 40 clients, retenu par la SNCB pour son plan d’économie présenté en octobre dernier. Découvrez dans notre édition payant les autres liaisons concernées.

   

Source: Sudpresse - 22/11/2011 par Yannick Hallet

 

   

Le 11 décembre prochain entrera en vigueur une adaptation des horaires de trains qui concernera notamment les navetteurs empruntant le train omnibus sur la ligne Ciney- Namur. Ces changements auront, à différents titres, un impact négatif sur les conditions de mobilité de centaines de navetteurs, étudiants et travailleurs, concernés, ce qu’ECOLO dénonce avec force ! Une nouvelle fois, la SNCB adopte des choix d’économie et d’organisation au détriment de ses clients : les voyageurs.

 

Ainsi, le train omnibus (L 5776) qui quitte Ciney à 5h55 sera avancé de 25 minutes tandis que le train suivant sera retardé de 10 minutes. Cela signifie que, à une heure de pointe, les navetteurs originaires de Natoye, Florée, Assesse, Courrière, Sart-Bernard, Naninne, Dave et Jambes n’auront plus l’occasion d’embarquer pendant plus d’une heure vers Namur et, le cas échéant, vers leur destination finale, souvent Bruxelles. Ainsi, un voyageur qui souhaite rejoindre Jette pour 8h00 du matin à partir de Courrière met actuellement, et quand tout va bien, 1h28 de trajet ; suivant le nouvel horaire, ce trajet durera 2h04 !

 

De même, le train L qui assure le trajet Namur-Ciney le matin est avancé de 20 minutes (7h12 au lieu de 7H30 au départ d’Assese), ce qui laisse aux étudiants concernés une heure entre l'arrivée du train et l'entrée en classe. Un beau cadeau pour ceux-ci. 

 

Enfin, le train P de 16h47 en gare de Namur qui assure le trajet retour vers Ciney de nombreux étudiants de la « banlieue sud » de Namur et le Condroz namurois est purement supprimé, ce qui reportera ces voyageurs vers des trains déjà bondés et/ou plus tardifs. 

 

Il s’agit d’une nouvelle bien mauvaise décision pour les navetteurs namurois après l’annonce de la suppression de 14 trains dans notre province. Face à la hausse du prix des produits pétroliers et aux évolutions climatiques comme face aux enjeux de mobilité, il est pourtant essentiel de favoriser le recours aux transports en commun plutôt que de prendre des mesures de nature à décourager l’utilisation de ceux-ci ou à encourager l’utilisation de la voiture. 

 

Pour ECOLO, il faut éviter de rompre durablement la confiance des nombreux usagers concernés envers la SNCB. Georges Gilkinet interpellera prochainement la Ministre Vervotte qui exerce la tutelle sur la SNCB (ou son successeur) afin de connaitre les raisons de ce changement d’horaire et de l’encourager à trouver une solution qui permette de maintenir le confort des navetteurs et le service qui leur est rendu. En outre, les Verts déposeront dans les communes concernées – Ciney, Hamois, Assesse et Namur – des motions enjoignant la SNCB à revoir sa position.

   

Source: Georges Gilkinet (Ecolo) - 21/11/2011

 

Dans leur campagne électorale (mai 2010), les partis francophones promettaient ceci
 
Une fois au Parlement européen, voici ce qu'ils votent concernant l'espace ferroviaire unique européen
 
 

Source:  VoteWatch.eu - 16/11/2011

pendule
ASBL NAVETTEURS.BE
Rue de Loncin, 92
4460 Grâce-Hollogne

Secrétariat 0471 623.217
info@navetteurs.be
Formulaire de contact

IBAN BE17 0017 0812 3621         BIC GEBABEBB


Gia Ger 2
Gianni Tabbone Gery Baele 
Président Vice-Président
cath geof
Catherine Gerard  Geoffrey Baele
Secrétaire Trésorier
CPR certification onlineCPR certification CPR certification online
cpr certification online
cpr certification onlineCPR certificationcpr certification online