Méthodo. & Conclusions 2014

Accessibilité des PANG’s (2014)

L’analyse a été effectuée sur base de 9 critères :

ACCESSIBILITE

  • Piétons : présence d’accotements, trottoirs, … ;
  • Vélos : présence d’une pistes cyclable ;
  • Véhicules motorisés : type de route (définitions) à proximité du PANG ;
  • Bus : distance entre le PANG et l’arrêt de bus le plus proche.

CONFORT – Infrastructures d’accès

  • Piétons ;
  • Vélos ;
  • Véhicules motorisés.

CONFORT – Parkings

  • Voitures ;
  • 2 roues.

METHODOLOGIE

Un tableau synthétique global, présente les résultats de cette analyse multicritères. Une couleur a été attribuée à chaque critère suivant la légende reprise dans ce tableau :

tab2014

 

 

 

 

 

 

 

 

RESULTATS

Intermodalité « 2 roues– train »

En ce qui concerne les possibilités d’intermodalité « vélo – train », nous avons pu constater, qu’outre le relief, les aménagements dans les PANG’s (parkings 2 roues) ou autour de ceux-ci (infrastructures routières, pistes cyclables, Ravel) ne favorisent pas toujours l’utilisation du vélo en complément du train. Il faut également inclure la notion de « sécurité » lorsque les usagers laissent leur vélo dans le PANG ou encore la notion de coût lorsque ceux-ci décident d’embarquer leur vélo (non-pliable) dans le train.

En ce qui concerne les possibilités d’intermodalité « vélo – train », nous avons pu constater que 95 PANG’s sur les 192 (soit environ 50%) offrent une possibilité de connexion avec le Ravel dans un rayon de 0 à 3 km.

La présence d’une piste cyclable aux abords immédiats du PANG a quant à elle été constatée dans 7,3 % des cas (c’est-à-dire pour 14 PANG’s).

Intermodalité « bus – train »

Nous avons pu constater qu’une intermodalité « bus – train » est possible dans 84% des cas étant donné que 161 PANG’s disposent d’un arrêt TEC à une distance maximale de 500 m. Mieux encore, dans 61 % des cas, l’arrêt TEC se situe à une distance maximale de 250 m. Par contre 16 % des PANG’s (soit 31 PANG’s) ne disposent pas d’un arrêt TEC.

En analysant les PANG’s disposant d’une possibilité de connexion avec les bus à une distance maximale de 250 m (soit 52 PANG’s), on constate au niveau des arrêts que :

  • 85 % d’entre eux disposent d’au moins un abri ;
  • 15 % d’entre eux ne disposent pas d’un abri.

Si le potentiel pour des connexions entre les trains et les bus existe autour des PANG’s wallons, il reste cependant une dimension importante permettant de juger la qualité de cette intermodalité, à savoir : l’offre de bus. Il serait dès lors important d’analyser dans une prochaine phase et pour chaque PANG :

  • les horaires et possibilités de correspondances ;
  • le type de desserte ;
  • les amplitudes horaires.

Conclusions

Généralement situés dans des zones moins densément peuplées, la qualité de l’accessibilité des PANG’s est importante pour inciter les usagers à les emprunter en toute sécurité. Seuls 6 PANG’s disposent d’un Ravel, de piste cyclable et d’un arrêt de bus à proximité immédiate. La pérennisation des PANG’s passe donc aussi par les améliorations des chemine-ments piétons, deux roues,…

À l’instar des équipements des PANG’s, les cheminements d’accès à ces points d’arrêt doivent avant tout être fonction-nels et sécurisés. La Cellule Ferroviaire du SPW analysera plus en détails les pistes d’améliorations de l’accessibilité des PANG’s en Wallonie avec le souci d’offrir aux usagers un confort suffisant et raisonnable.

Notre document de synthèse (PDF) peut être téléchargé ICI